La TEAM CFTC vous informe : la faible natalité met en péril nos retraites et notre modèle social

10 juin 2021

Bonjour,

Fait rare, le rapport du COR paru ce jour privilégie une hypothèse basse de fécondité à horizon 2070. Une hypothèse d’autant plus crédible qu’elle se fonde sur les réalités observées ces dernières années.

Notre modèle social, envié par beaucoup de nos voisins européens, s’est appuyé par le passé sur un projet clair de soutien à la natalité. Tous les dispositifs mis en place visaient à soutenir les parents dans leur désir d’enfant : politique fiscale avec le quotient familial, aides directes, allocations, prestations familiales, congés parentaux et familiaux, prise en charge de la petite enfance grâce aux différents modes d’accueil …

Mais, à partir des années 2012, la politique familiale s’est vu assigner de nouvelles missions : lutte contre la pauvreté, recentrage des aides aux familles précaires et réduction des déficits publics. Loin d’enrayer la pauvreté, ces mesures ont eu un effet délétère.

Parmi ces effets, l’indice de fécondité, qui était de 2,2 en 2010 s’est effondré à 1,83 en 2020. Le renouvellement des générations n’est plus assuré et nous faisons face à un déficit démographique important, qui risque dans un avenir proche de remettre en cause notre système de protection sociale. Au cœur de ce système, les retraites dont le financement repose aujourd’hui essentiellement sur la solidarité intergénérationnelle.

Pour la CFTC, seule une politique familiale digne de ce nom peut nous permettre de retrouver une pyramide des âges équilibrée. Pour ce faire, il convient rapidement de :

–           Acter le fait que, quel que soit le niveau de vie des familles, il chute systématiquement et durablement avec l’arrivée d’un enfant. Il faut donc relever le quotient familial, supprimer le plafonnement des allocations familiales pour revenir au principe d’universalité

–           Offrir aux parents un ensemble de solutions d’accueil diversifiées, en nombre suffisant, de qualité et équitablement réparties sur tout le territoire

–           Lutter contre les inégalités femmes/hommes et les stéréotypes de genre en mettant au même niveau vis-à-vis d’un employeur le « risque maternité » et le « risque paternité ».

–           Reconnaitre que la conciliation vie professionnelle/vie personnelle ne doit plus être une affaire de femmes et que les hommes sont prêts à s’impliquer davantage dans le partage des responsabilités familiales.

–           Réformer le dispositif des congés parentaux. Pour qu’ils puissent enfin être pris autant par le père que par la mère, il faut impérativement qu’ils soient mieux indemnisés. Sur ce point, c’est peut-être la France qui pourrait s’inspirer des autres : en Italie ou en Suède, le parent qui s’arrête de travailler pour élever son enfant ne touche pas un forfait dérisoire (400 euros mensuels) mais un pourcentage de son salaire… qui peut aller jusqu’à 80%.

 

Prenez soin de vous et de vos proches,

 

 

LNLM LA CFTC – 10/06/2021

 

La TEAM CFTC vous informe : voici la nouvelle attestation de déplacement

10 juin 2021

Bonjour,

La nouvelle étape de déconfinement de ce mercredi soir, avec un couvre-feu repoussé jusqu’à 23 heures, ne signifie pas encore l’absence totale de restrictions. Entre 23 heures et 6 heures, l’attestation reste obligatoire.

Vous pouvez télécharger cette nouvelle attestation en version PDF ou numérique en cliquant ici.

Pour rappel, après avoir indiqué votre identité et vos coordonnées, vous pourrez justifier vos déplacements en cochant l’un des motifs dérogatifs parmi, notamment, l’activité professionnelle, les consultations et soins de santé (dont la vaccination), le motif familial impérieux ou encore la promenade d’animaux de compagnie, uniquement « dans un rayon de 1 km autour du domicile ».

L’amende forfaitaire de 135 euros toujours en place.

 

Prenez soin de vous et de vos proches,

 

LNINFORME – 10/06/2021

La TEAM vous informe : nous avons besoin de vous !!!!!!!

9 juin 2021

Bonjour,

La délégation CFTC a commencé ce jour des négociations sur l’ACCORD SENIORS – salariés de 55 ans et plus.

Nous avons déjà fait part de quelques-unes de nos demandes concernant notamment le temps partiel, l’aménagement du poste de travail, l’abondement au CET, les formations, les aides possibles pour constituer son dossier, etc.

Certaines et certains d’entre vous ont, peut-être, déjà entamé une réflexion sur ce sujet.

Si vous avez des demandes ou des interrogations sur ce sujet, n’hésitez pas à nous en faire part afin que nous puissions les ajouter à notre liste.

Vos élus CFTC sont toujours là à votre disposition : Sylvana, Nadia, Maud, Mireille, Nathalie, Claire, Marnia, Patrick, Philippe et Hélène.

 

Prenez soin de vous et de vos proches,

 

LNINFORME – 09/06/2021

 

La TEAM CFTC vous informe : canicule et coronavirus comment gérer et son masque et son gel ?

9 juin 2021

Bonjour,

Vos élus CFTC vous donnent quelques astuces pour supporter le masque et s’hydrater cet été.

Bien choisir son masque

Tout d’abord, les professionnels de la santé préconisent de bien choisir son masque, en tenant compte de la couleur et de la matière. Ainsi, préférez un masque de couleur claire.

La matière du masque est également déterminante. Pour un après-midi en plein soleil, choisissez donc un masque en coton ou en fibres de bambou plutôt qu’un masque en synthétique.

Ne pas porter un masque humide et le changer régulièrement

Si ce conseil peut paraître banal, il est tout de même intéressant à souligner, surtout lorsqu’en plein été, nous dégoulinons sous notre masque. Respirer plus fort constitue un facteur supplémentaire de contamination, car le nombre de gouttelettes éjectées par la bouche et le nez augmente. Avec la chaleur, la respiration s’accélère et devient plus intense, comme lorsque l’on pratique une activité sportive. Le masque chirurgical perdrait vite ses capacités filtrantes en raison de l’humidité générée par l’hyperventilation.

Attention toutefois à ne pas humidifier le masque, car s’il “est mouillé, l’électricité statique des fibres du tissu qui arrête les gouttelettes des postillons disparaît et les gouttelettes passent plus facilement”, explique l’Association française de normalisation (Afnor). La solution, changer son masque plus régulièrement que toutes les 4h, pour éviter qu’il ne soit trop humide à cause d’une respiration intense.

Il est également déconseillé de se toucher le visage avec les doigts, même pour essuyer la transpiration. Privilégiez un mouchoir à usage unique, que vous jetterez ensuite dans une poubelle, ou bien utilisez un brumisateur pour vous rafraîchir le front ou le cou. Exit aussi le partage des bouteilles d’eau.

Bien positionner son masque

Bien choisir son gel, et ne pas en abuser

S’hydrater les mains et le visage

 

Prenez soin de vous et de vos proches,

 

LNINFORME – 09/06/2021

 

 

La TEAM CFTC vous informe : à partir d’aujourd’hui les règles concernant le télétravail sont assouplies cependant

9 juin 2021

Bonjour,

La TEAM CFTC vous en dit plus.

Retour au bureau et télétravail : les 5 règles à retenir à partir du 9 juin

Le nouveau protocole sanitaire concernant les règles du retour au bureau a été mis en ligne le 2 juin. Ce document sert de référence pour définir les règles à appliquer non seulement au niveau sanitaire, mais aussi sur l’organisation générale du travail, à partir du 9 juin. Voici un résumé des principaux points à retenir.

1. Le télétravail reste la règle

Pour « lutter efficacement contre la pandémie », comme l’a rappelé au Parisien la ministre du Travail, Élisabeth Borne, cette pratique doit toujours être privilégiée lorsqu’elle est possible.

2. Le télétravail à 100 % n’est plus la norme

Désormais, il appartient à chaque entreprise de définir un nombre minimal de jours travaillés à distance, via le dialogue social. « Ce doit être le point de départ d’une impulsion pour trouver le bon équilibre entre présentiel et distanciel, et mettre en place de nouvelles pratiques », a également indiqué la ministre du Travail.

Cet équilibre implique que le retour au bureau soit progressif. « Un employeur qui contraindrait ses salariés de revenir sur site à 100 % à compter du 9 juin, enfreindrait le protocole », affirme la ministre Élisabeth Borne. Les syndicats pourraient alors saisir l’inspection du Travail.

3. Des consignes sanitaires strictes

Dans les locaux de l’entreprise, le port du masque reste obligatoire, à l’exception des bureaux individuels. « L’employeur a l’obligation de prendre en charge la fourniture des masques. Les pouvoirs publics recommandent depuis juillet dernier aux entreprise de prévoir un stock préventif de masques de dix semaines », précise Anne-Lise Castell, juriste aux Éditions Tissot. Et « aucune dérogation n’est pour le moment prévue pour les salariés vaccinés ».

L’employeur doit par ailleurs veiller à la bonne aération des locaux. Chaque salarié doit disposer d’un mètre de distance tout autour de lui. Pour ce qui est des réunions, les outils d’« audio ou visioconférence restent à privilégier ».

4. Des assouplissements dans les cantines

Alors que jusqu’à présent ils ne pouvaient déjeuner que tout seul à table à la cantine ou à leur poste de travail, les salariés vont pouvoir retrouver certains de leurs moments de convivialité. Dans les cantines, la jauge est fixée à 50 % de la capacité d’accueil totale, avec six personnes par table maximum. L’espacement entre tables doit être de 2 m, sauf si une paroi est placée entre les deux. Les restaurants d’entreprise doivent toujours proposer des paniers à emporter. Ils doivent être aérés en deux points distincts quelques minutes toutes les heures.

Les pots, qui étaient eux suspendus depuis fin octobre, sont de nouveau autorisés. Dans le respect des règles de distanciation et de préférence « dans des espaces extérieurs en ne réunissant pas plus de 25 personnes ».

5. Que se passe-t-il si un salarié refuse de venir au bureau ?

Cette question n’est pas tranchée par le protocole. « Si l’employeur souhaite que ses salariés reviennent, il doit expliquer très clairement pourquoi le télétravail est devenu impossible. Mais si l’un de ses employés est sur la liste des personnes vulnérables et ne souhaite pas revenir au bureau, il sera compliqué de s’y opposer », estime Dahlia Arfi-Elkaïm, avocate au cabinet d’affaires JDB Avocats. La liste des personnes vulnérables est consultable sur le protocole sanitaire. « Ce sera à apprécier au cas par cas, en sollicitant l’avis du médecin du travail si besoin », précise-t-elle.

Pour les autres raisons, tout dépendra des justifications apportées par le salarié et du bon vouloir de l’employeur. « Sans justification valable, des sanctions pourraient être envisagées », estime maître Arfi-Elkaïm. L’avocate déconseille toutefois d’imposer la reprise par la force.

Commentaires de la TEAM CFTC : comme toujours nous avions anticipé ce point et avons demandé, il y a plus de 10 jours, à la direction de revenir à la table des négociations afin de négocier un accord de télétravail ENGLOBANT LA TOTALITE DES SALARIES DE CWT FRANCE ET CWT MEO.

A ce jour, notre demande est restée et reste au point mort !!!!!!!!!!!!!!

 

Prenez soin de vous et de vos proches,

 

Le Parisien – 09/06/2021

 

 

12345...740