Enquête UFC-Que Choisir : les droit des passagers aériens toujours « largement bafoués »

28 avril 2017

L’UFC-Que Choisir rend publics les résultats d’une enquête sur les problèmes rencontrés par les passagers aériens pour faire valoir leurs droits. À la lumière « des chiffres accablants », l’association en appelle aux pouvoirs publics nationaux et européens.

Menée sur plus de 11 000 passagers issus de 8 pays différents (Australie, Belgique, Brésil, Danemark, Espagne, France, Italie et Portugal), et réalisée en partenariat avec 7 associations de consommateurs au niveau mondial, l’analyse démontre que 3 ans après la dernière enquête, les droits des consommateurs en cas de retards, annulations, surbooking, ou incidents bagages n’ont toujours pas décollé.

Sur les 20 000 expériences de vol analysées, un retard (défini dans le secteur des transports aériens comme une arrivée au moins 15 minutes après l’heure prévue) a été signalé dans 25 % des cas. Parmi les passagers concernés, 10 % ont en plus subi une perte financière liée à ce retard, par exemple parce qu’ils ont raté un train, une excursion ou un hébergement hôtelier payé au préalable. Dans plus de la moitié des cas, la somme perdue était supérieure à 100 euros. « En pareille situation, le passager peut invoquer la Convention de Montréal qui oblige la compagnie à l’indemniser de toutes les conséquences du retard. En cas de refus, il pourra engager une action en justice mais celle-ci peut être complexe et à l’issue bien incertaine ». 6 % des vols ont été retardés d’au moins deux heures. Selon la législation européenne du secteur, un tel retard donne droit à une assistance (nourriture et boisson). Seuls 46 % des passagers concernés ont pu en bénéficier. Au-delà de 3 heures de retard, les compagnies aériennes ont toujours majoritairement tendance à ignorer leurs obligations issues du règlement sur les droits des passagers dans l’UE : dans 75 % des cas les passagers n’ont pas été remboursés (contre 93 % en 2013). L’information sur les droits des passagers aériens est encore trop largement aux abonnés absents.

Des problèmes de bagages (retard, dommage ou perte) ont été signalés pour 10 % des vols (en prenant uniquement en compte les vols où les bagages sont enregistrés). S’il n’existe pas de législation mondiale commune qui obligerait les compagnies à rembourser les passagers quand ces incidents surviennent, la législation européenne les y contraint. Or, elle n’a pas été respectée dans 85 % des cas, les consommateurs indiquant qu’ils n’avaient pas été remboursés (84 % en 2013).

Si quelques progrès, bien maigres, sont à noter par rapport à notre enquête de 2013, force est de constater que les droits des passagers aériens sont encore trop largement bafoués, en totale illégalité par rapport à la législation européenne existante.

Face à ce constat, l’UFC-Que Choisir demande aux pouvoirs publics nationaux et européens de renforcer les contrôles sur l’application de la législation européenne et de sanctionner les compagnies défaillantes. Elle demande de relancer la révision du règlement européen bloqué depuis 3 ans au Conseil, qui doit permettre un renforcement des droits des passagers aériens (obligations d’information renforcées ; interdiction de la no show clause, droit à indemnisation unique quelle que soit la distance du vol).

LE QUOTIDIEN DU TOURISME – 28/04/2017

Carlson Wagonlit Travel retravaille son image

28 avril 2017

 

 

Pour la première fois depuis 1994, Carlson Wagonlit Travel (huit agences en France) change son image de marque. Le groupe a présenté le 27 avril dernier une version modernisée de ses visuels. Il aura fallu attendre 23 ans et un énième plan de sauvegarde de l’emploi pour que l’entreprise passe du bleu des mers du sud et du rouge à des tonalités noire carbone et orange sanguine.

Le changement des couleurs du logo matérialise son besoin de marquer le passage à l’ère d’internet et de la réservation en ligne. Le jeu de teintes est jugé par l’entreprise comme plus « tranchant et dynamique » et représente davantage la nouvelle stratégie digitale de l’entreprise, affirme Carinne Saulet, vice-présidente chargée de la marque de CWT.

Positionnement « digital » et « collaboratif »

Cette entrée par la porte numérique a motivé la conception du slogan de la campagne marketing parallèle : « Make the world work for you » (« nous vous ouvrons le monde »). D’après Patrick Andersen, le patron de la stratégie de CWT, ce slogan va d’ailleurs pouvoir être adapté aux différents départements de l’entreprise.

L’objectif du projet est d’accélérer la croissance économique de la firme et de se positionner dans un futur connecté. CWT reformule ainsi son offre selon la « différence digitale ». L’axe principal de la campagne de communication prochaine sera d’appuyer sur un nouvel équilibre entre l’aspect collaboratif digitalisé de l’entreprise et l’expertise d’une société qui existe depuis longtemps ; en somme, accentuer le côté humain et personnalisé de l’offre pour les professionnels dans un monde mobile et numérique.

TOUR HEBDO – 28/04/2017

Paris joue la sécurité pour la saison été 2017

27 avril 2017

La préfecture de police de Paris veut rassurer les touristes étrangers avec un plan de sécurité spécial tourisme pour la saison estivale.

 

Le dispositif de sécurité autour de la tour Eiffel et du Trocadéro sera de nouveau amélioré.

Rassurer à tout prix. A quelques semaines du début de la saison estivale, la préfecture de police de Paris joue la sécurité. Elle a présenté hier son plan « Tourisme 2017″ prévoyant une sécurisation renforcée de sept zones touristiques de la capitale durant l’été.

De mi-juin à mi-septembre, la Butte Montmartre, les Champs-Elysées, l’Opéra et les grands magasins, Notre-Dame, Châtelet et Saint-Germain-des-Prés bénéficieront ainsi de la présence de 130 policiers chargés de lutter contre « les infractions les plus dommageables pour les touristes » comme les ventes à la sauvette,  les vols à l’arraché ou encore les arnaques liées aux jeux de hasard.

Une unité supplémentaire de policiers sera mobilisée pour le secteur de la tour Eiffel et du Trocadéro. Un centre de vidéosurveillance dédié à ces zones touristiques est aussi mis en place avec 131 caméras de plus. Les accès à la capitale depuis les aéroports ainsi que l’ensemble des transports en commun feront l’objet d’une « sécurisation spécifique ».

Des touristes étrangers victimes d’agressions

Un « passeport touristique » et une brochure « Paris en toute sécurité » disponibles dans plusieurs langues seront distribués aux touristes cet été. Un film est mis à la disposition des aéroports, des principales gares parisiennes, ainsi que des ambassades et des professionnels du tourisme.

Lors de la période estivale, des policiers bilingues et des étudiants-interprètes sont recrutés pour faciliter les échanges avec les touristes. La prise de plainte directement sur le terrain est aussi facilitée par des tablettes numériques disposant d’un module de traduction intégré.

Fin mars, le ministre de l’Intérieur Matthias Fekl, ex-secrétaire d’Etat chargé du tourisme, a détaillé de nouvelles mesures de sécurité sur le plan national pour le secteur. Ces mesures s’inscrivent dans le cadre du plan de relance gouvernemental annoncé en novembre dernier, doté de 42 millions d’euros. Au-delà de la menace djihadiste, les touristes étrangers sont régulièrement victimes d’agressions.

TOUR HEBDO – 27/04/2017

GPEC : Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences – REPRISE DES NEGOCIATIONS CHEZ CWT FRANCE

24 avril 2017

La direction vient de reprendre les négociations, entamées depuis plusieurs années, sur la GPEC.

La C.F.T.C. entend faire prévaloir sa propre vision de la GPEC et après un premier examen de l’accord présenté, a adressé, ci-après, les différents points qu’elle souhaite voir aborder et auxquels elle attend des réponses et/ou solutions :

  • cartographie et liste précises des postes sensibles
  • liste des métiers émergents
  • présentation du bilan formation 2017 et plan de formation à 3 ans
  • mobilité interne
  • bilan social 2016
  • stratégie 3.0 : dispositif d’accompagnement pour un salarié acceptant un emploi dans une autre société
    • délocalisation et digitalisation : quelles pistes pour s’adapter
    • quelles formations seront dispensées aux salariés afin d’acquérir les nouvelles compétences nécessaires à cette stratégie (exemple : tchat entre clients et agents de voyages, etc….)
  • passerelles balisées entre nos métiers
  • commission GPEC : constitution – durée, etc…
  • carrière des IRP : adaptation à l’emploi, mise en place de la valorisation de leurs compétences, employabilité extérieure, etc….

La C.F.T.C. souhaite qu’un budget «sanctuarisé» et indépendant du budget formation soit établi et que ce dernier soit suivi conjointement par la commission GPEC et la direction.

A cette date cette liste n’est qu’exhaustive et sera renforcée en fonction de l’avancée de la négociation que la C.F.T.C. souhaite sincère et loyale.

LNLATTENDUNRETOURDELADIRECTION – 24/04/2017

 

Le classement 2017 des pays les plus sûrs pour les touristes

24 avril 2017

Selon le classement mondial de la sécurité des touristes réalisé par le World economic forum (Wef), la France se trouve en 67e position, loin dans le classement. Et c’était avant la fusillade des Champs Elysées revendiqué par l’organisation Etat islamique  qui a fait un mort et deux blessés graves jeudi soir.

Les experts du Wef ont en effet calculé dans quelle mesure un pays expose les touristes et les entreprises aux risques de sécurité principalement liés aux dommages graves aux personnes (violence et terrorisme). A noter que la petite-criminalité n’est pas prise en compte. Il en ressort que la Finlande est actuellement le pays le plus sûr du monde, suivi des Etats Arabes Unis (UAE), de l’Islande, d’Oman, et de Hong Kong. La France figure en 67e position, loin derrière le Rwanda (9e) ou l’Allemagne (51e), mais devant la Grande Bretagne (78e), les Etats-Unis (84e), la Chine (95e) ou la République Dominicaine (107e). Voir le classement du Wef.

Voici le classement 2017 :

1 Finlande 2 United Arab Emirates 3 Iceland 4 Oman 5 Hong Kong SAR 6 Singapore 7 Norway 9 Rwanda 10 Qatar 11 Portugal 12 Luxembourg

13 New Zealand 14 Austria 15 Estonia 16 Sweden 17 Slovenia 18 Spain 19 Netherlands 20 Morocco 21 Ireland 22 Australia 23 Canada 24 Croatia

25 Bhutan 26 Japan 27 Denmark 28 Taiwan, China 29 Georgia 30 Czech Republic 31 Malta 32 Belgium 33 Mauritius 34 Armenia 35 Azerbaijan

36 Cyprus 37 Korea, Rep. 38 Jordan 39 Romania 40 Latvia 41 Malaysia 42 Lithuania 43 Kuwait 44 Chile 45 Hungary 46 Albania 47 Bahrain

48 Poland 49 Tajikistan 50 Mongolia 51 Germany 52 Gambia 53 Greece 54 Slovak Republic 55 Barbados 56 Macedonia 57 Vietnam 58 Kazakhstan

59 Sri Lanka 60 Zimbabwe 61 Saudi Arabia 62 Ghana 63 Uruguay 64 Senegal 65 Nicaragua 66 Lao 67 France 68 Costa Rica 69 Moldova

70 Italy 71 Lesotho 72 Serbia 73 Zambia 74 Malawi 75 Montenegro 76 Bosnia and Herzegovina 77 Botswana 78 United Kingdom 79 Panama

80 Gabon 81 Algeria 82 Namibia 83 Benin 84 United States 85 Ecuador 86 Cape Verde 87 Iran 88 Cambodia 89 Bulgaria 90 Sierra Leone

91 Indonesia 92 Tanzania 93 Madagascar 94 Bolivia 95 China 96 Côte d’Ivoire 97 Argentina 98 Kyrgyz Republic 99 Ethiopia 100 Nepal

101 Paraguay 102 Tunisia 103 Israel 104 Uganda 105 Mozambique 106 Brazil 107 Dominican Republic 108 Peru 109 Russian Federation

110 Cameroon 111 Burundi 112 Mauritania 113 Mexico 114 India 115 Trinidad and Tobago 116 Turkey 117 Congo, Democratic Rep. 118 Thailand

119 Jamaica 120 South Africa 121 Guatemala 122 Chad 123 Bangladesh 124 Mali 125 Lebanon 126 Philippines 127 Ukraine 128 Honduras

129 Kenya 130 Egypt 131 Venezuela 132 Nigeria 133 Pakistan 134 El Salvador 135 Yemen 136 Colombia

LE QUOTIDIEN DU TOURISME – 24/04/2017

12345...419