Paris : une monnaie locale verra le jour dans la capitale à l’automne 2017

SOCIETE Lucas Rochette-Berlon, président d’« Une monnaie pour Paris » a affirmé que Paris aurait sa monnaie locale d’ici l’automne 2017. La maire de Paris aussi, planche sur le sujet…

Si il en existe actuellement une trentaine en France, Paris n’a toujours pas la sienne. Jusqu’à quand ? Lucas Rochette-Berlon, président d’« Une monnaie pour Paris » a annoncé ce mercredi surFrance Info que la capitale aurait sa monnaie locale d’ici à l’automne 2017.

« Avoir un lien direct entre les gens qui l’utilisent »

Selon lui, une monnaie locale permet de « relocaliser l’activité et créer de l’emploi », « d’agir concrètement sur la ville, l’économie, la finance et l’écologie », « d’avoir un lien direct entre les gens qui l’utilisent et la structure qui la porte », tout en invitant le public à « participer et de voter pour les orientations de la monnaie ».

Le projet d’« Une monnaie pour Paris » a été lancé au début de l’année et une grande réunion publique entre commerçants et citoyens doit avoir lieu à l’automne, mentionne France Info. De son côté, la mairie de Paris planche elle aussi, depuis quelques mois sur un tel projet. Sans aucune concurrence, assure-t-on à l’Hôtel de Ville.

Une étude de faisabilité aussi par la mairie

« Nous avons lancé au cours du premier semestre à la mairie une étude interne de faisabilité avec Julien Bagerton et Jean-Louis Missika afin de pouvoir mettre en place une monnaie locale. Plus précisément une monnaie complémentaire. Il s’agit d’un vœu porté au budget de la ville par les Verts en décembre 2015 », explique à 20 Minutes, Antoinette Guhl, adjointe à la Maire chargée de l’économie sociale et solidaire, de l’innovation sociale et de l’économie circulaire.

« Nous étudions actuellement les contours, la forme, l’objectif, la technologie, le support, et la fiscalité d’une telle monnaie. La mairie du 11e qui travaille depuis deux ans sur une monnaie locale et les représentants d’ »Une monnaie pour Paris » font également partie de ce groupe de travail », assure Antoinette Guhl, précisant qu’il est effectivement « préférable de s’entendre sur un seul support ». Les résultats de cette étude seront présentés à la fin de l’année, pour une « une volonté d’action dès 2017 ».

20 MINUTES – 17/08/2016

Laisser un commentaire