• Accueil
  • > Actu des metiers du Tourisme

Archive de la catégorie ‘Actu des metiers du Tourisme’

La C.F.T.C. vous informe : négociations Annuelles Obligatoires NAO

Lundi 26 juin 2017

La C.F.T.C. déplore que cette négociation se soit déroulée dans l’urgence (sur 1 mois) rendant les possibilités de trouver un accord imaginatif face au manque de moyens financiers décrété par la direction (et non partagé par la C.F.T.C.).

 

La C.F.T.C. demande, en plus des 0,2 % proposés par la direction (soit environ une prime de 60 € brut/salarié) et afin de pouvoir se prononcer, un abondement sur le placement de jours sur le PEE et PERCO sous la forme suivante :

 

  • ½ journée d’abondement pour 3 jours placés (CP ou RTT)
  • 1 journée d’abondement pour 5 jours placés (CP ou RTT)

 

La C.F.T.C. défend cette position innovante et non couteuse pour l’entreprise pour une des raisons principales suivantes : cela permet pour certains salariés de prévoir leur retraite (PERCO) ou bien de capitaliser (PEE).

 

Concernant la partie intéressement : la C.F.T.C. confirme sa volonté de ne pas signer l’accord d’intéressement proposé par la direction qui se soldera par ZERO redistribution car les chances d’atteindre l’EBITDA 2017 sont infimes. La C.F.T.C. demande un échéancier de négociation pour 2018 (commençant fin février ou début mars 2018 avec des réunions séparées de 3 semaines afin de pouvoir travailler efficacement). Cet échéancier devra être signé lors de la réunion du 27 juin 2017.

 

La C.F.T.C. réitère sa demande de mettre en place une prime de substitution à l’accord d’intéressement 2017 versée en mai 2018.

 

La C.F.T.C. pense que sans effort de la part de la direction il sera difficile de demander toujours plus aux salariés et cela n’aidera pas le concept 3.0 à donner des résultats probants (pour l’instant le bilan est de 132 postes supprimés et 12 M€ dépensés en restructuration).

 

Nos revendications ont été adressées à la direction et nous vous tiendrons informés à l’issue de notre dernière réunion prévue demain.

LMETLESAUTRESPARTICIPANTSCFTCALANEGOCIATIONVOUSTIENDRONSINFORMES – 26/06/2017

Surcharge GDS : les pros du tourisme interpellent Bruxelles

Dimanche 25 juin 2017

Syndicats et représentants de tour-opérateurs et d’agents de voyages européens ont signé une lettre ouverte à la commissaire chargée des transports.

 

Les pros du tourisme européens ont adressé une lettre ouverte à Violeta Bulc, la commissaire en charge des transports à Bruxelles.

C’est une lettre ouverte adressée à Violeta Bulc, la commissaire en charge des transports à Bruxelles, et signée par les syndicats belge, britannique, espagnol, finlandais, français, grec, suisse… Les professionnels du voyage se mobilisent contre les surcharges appliquées aux GDS par de plus en plus de compagnies aériennes.

Ils rappellent ainsi les principes qui régissent le marché de l’aviation, à l’image du marché unique européen : la transparence des prix et la libre concurrence. Pourtant, aujourd’hui, les plus grosses compagnies aériennes abusent de leur position dominante, assurent les signataires de la lettre en mettant en avant leurs canaux de distribution directe.

Lufthansa et IAG sont directement ciblées. La première a lancé sa stratégie Direct Connect en septembre 2015 avec un principe simple : chaque réservation effectuée sur un GDS est taxée de 16€ supplémentaires. Au printemps 2016, le vice-président exécutif de Lufthansa Group en charge des ventes, Jens Bischof, justifiait cette décision par « une demande du secteur du voyage d’affaires ».

Vent debout contre Lufthansa et IAG

Il assurait par ailleurs que les partenariats BtoB continuaient d’être développés. En omettant au passage la défection des réseaux Manor et Selectour. IAG s’apprête également à appliquer une surcharge de 8£, soit 9,50€, à partir du 1er novembre prochain. Amadeus, Sabre, Travelport et Travelsky sont concernés. De manière générale, les partenariats entre compagnies aériennes sont aussi dénoncés, à l’instar des partages de codes, qui vont à l’encontre du principe de libre concurrence.

A travers cette lettre ouverte, les professionnels du secteur appellent donc la Commission européenne à légiférer pour maintenir la libre concurrence – et ainsi protéger les réseaux de distribution comme les agences. Des sanctions à l’encontre de Lufthansa sont aussi réclamées.

TOUR HEBDO – 23/06/2017

La réalité virtuelle se déploie dans le tourisme

Dimanche 25 juin 2017

Le potentiel de la réalité virtuelle pour l’industrie du tourisme dépasse les aspects de l’inspiration et de la promotion. Elle se révèle utile pour la clientèle afin d’acheter, de se divertir ou encore de s’instruire.

74 % des consommateurs américains souhaitent utiliser la réalité virtuelle pour des contenus liés au voyage et à l’aventure.
Selon Wilson Tang de FreemanXP, agence spécialisée dans l’expérience des marques, la réalité virtuelle est une plateforme de storytelling plus efficace que les vidéos, car elle suscite un fort engagement de la part de l’utilisateur.
En effet son niveau d’engagement et de connexion envers la marque augmente à la minute où le casque est allumé, car il se sent réellement transporté dans le lieu présenté.
Selon un sondage de Greenlight Insight, firme d’intelligence d’affaires, 74 % des consommateurs américains souhaitent utiliser la réalité virtuelle pour des contenus liés au voyage et à l’aventure, soit le principal secteur d’intérêt. Plus de la moitié des répondants affirment qu’il est plus probable qu’ils achètent un article d’une marque qui utilise la réalité virtuelle
Il est important de faire la distinction entre l’environnement immersif de la réalité virtuelle et celui des vidéos à 360°.
Le premier permet à l’usager d’interagir et lui offre une liberté d’action, que ce soit dans ses déplacements ou dans le scénario. Il peut éventuellement manipuler des objets ou encore parler à des personnages. Dans une vidéo à 360°, le visiteur est un observateur.
Il se déplace sur des trajectoires imposées et contrôle seulement son angle de vue. Les exemples suivants proviennent de ces deux types de technologie, mais ont en commun la nécessité de porter un casque, et sortent du cadre marketing.

Des vidéos à 360° durant le voyage

Afin de bonifier l’expérience pendant le voyage, les vidéos à 360° sont proposées en support à la visite ou à la consommation du service. C’est le cas de la borne en libre-service de Timescope, installée en face de la Bastille à Paris, depuis 2016. Pour deux euros, l’utilisateur est transporté sur le même lieu aux 15e et 18e siècles, quand le château de la Bastille était encore présent. Le visiteur est immergé dans ce lieu historique et vit une expérience culturelle et pédagogique qui se rapproche de l’offre muséale.

 

Le bar de l’hôtel One Aldwych à Londres a trouvé une manière inusitée de servir l’un de ses cocktails à base de whisky.
En commandant le « Take a trip to the Highlands », le client est invité à découvrir les origines de cette boisson grâce à un casque de réalité virtuelle. Il est alors immergé dans des vues aériennes de la distillerie écossaise, des champs d’orge et de la source d’eau puisée pour concevoir ce whisky.
La vidéo s’achève en faisant flotter le spectateur jusqu’au bar de l’hôtel, où il voit le barman préparer le cocktail et le faire glisser sur le comptoir jusqu’à lui. Une très belle manière de faire patienter les clients et de créer une histoire autour d’une boisson.

 

Depuis 2016, la chaîne de parcs à thèmes Six Flags propose une expérience de vidéos à 360° dans neuf de ses parcs, dont La Ronde à Montréal.
Munis d’un casque Samsung Gear VR, les visiteurs peuvent visionner une vidéo synchronisée avec certaines attractions. Ils sont alors transportés dans un avion de chasse qui tente de sauver la planète d’une invasion extraterrestre. Cette installation permet de ressentir des sensations fortes que la réalité virtuelle seule ne peut offrir.

Quand la réalité virtuelle devient un attrait

Le premier lieu permanent dédié à la réalité virtuelle a ouvert à Paris fin 2016.
Mk2 VR est un espace de culture et de divertissement qui offre une douzaine d’expériences immersives allant des jeux vidéo à des simulations, du film d’animation au documentaire. Par exemple, le visiteur peut embarquer sur un simulateur de vol pour se mettre dans la peau d’un oiseau ou sur un rameur pour naviguer dans des destinations exotiques.

 

The VOID, un parc d’attractions intérieur aux États-Unis, représente ce que pourrait être le divertissement du futur.
Les participants doivent s’équiper d’un casque de réalité virtuelle et audio, d’une combinaison avec des capteurs et de gants simulant par exemple l’action d’appuyer sur des boutons. Les joueurs entrent dans l’une des salles où des décors virtuels ont été calqués sur les structures physiques, les plongeant dans une aventure thématique.
La simulation est poussée jusqu’à intégrer des éléments naturels tels que la pluie, la fumée ou le vent. Ce type d’installation a son lot de défis techniques, ce qui explique que peu d’entrepreneurs se soient lancés dans l’aventure.
La réalité virtuelle lors de la planification et de la réservation
Amadeus planche sur un projet de réalité virtuelle par l’entremise de sa filiale, Navitaire.
Celle-ci conçoit actuellement un système de recherche et de réservation de voyages en ligne via un casque de réalité virtuelle. Les clients visualiseront les destinations sur un globe terrestre, pourront effectuer des recherches, réserver leur hôtel, parcourir les couloirs d’un avion pour choisir leur siège et entrer dans les voitures de location.
Au même moment, Expedia a lancé un prototype de service de réalité virtuelle. Équipé d’un casque de la marque HTC et de ses manettes, l’utilisateur peut explorer les chambres d’hôtels et les balcons.

Une tendance à surveiller

Les progrès de la réalité virtuelle ne cessent de croître. Elle est par exemple de plus en plus utilisée dans les milieux de travail pour l’évaluation et le développement des compétences des employés.
Certains imaginent déjà la tenue de réunions virtuelles dans des lieux exotiques où chacun pourrait interagir à sa guise. Selon une étude réalisée par Goldman Sachs Research, la réalité virtuelle représentera un marché de 182 milliards de dollars américains en 2025.
Les investissements qu’elle nécessite ont toutefois un effet dissuasif pour les entreprises. Mais celles-ci doivent se tenir au courant des avancées pour réfléchir dès à présent aux possibilités d’intégration, afin d’être prêtes pour le jour où cette technologie sera plus accessible.
TourMaG – 23/06/2017

Gouvernement : pas de ministre du tourisme

Jeudi 22 juin 2017

Jean-Yves Le Drian, ministre de l’Europe et des Affaires étrangères

La composition du gouvernement « Philippe 2″ a été dévoilée ce 21 juin 2017. Jean-Yves Le Drian est reconduit en tant que ministre de l’Europe et des Affaires étrangères. Elisabeth Borne reste ministre de la Transition écologique et solidaire chargée des transports et Bruno Le Maire ministre de l’Economie et des Finances. On ne sait pas encore qui sera en charge du tourisme.

Le secrétaire général de l’Elysée, Alexis Kohler, a dévoilé la composition du gouvernement Philippe II ce 21 juin 2017.

Au total, 19 ministres et 10 secrétaires d’Etat ont été nommés. A cette heure, nous ne savons pas si le portefeuille tourisme sera rattaché à un ministère ou à un secrétariat d’Etat.

Jean-Yves Le Drian est reconduit comme ministre de l’Europe et des Affaires étrangères. Il a été maire de Lorient de 1981 à 1998 et président du conseil régional de Bretagne de 2004 à 2012.

Il a aussi été nommé secrétaire d’État à la Mer dans le gouvernement d’Édith Cresson sous la présidence de François Mitterrand et ministre de la Défense en 2012 pendant le quinquennat de François Hollande. Il redevient président du conseil régional de Bretagne en 2015.

Elisabeth Borne reste ministre de la Transition écologique et solidaire chargée des transports, Bruno Le Maire ministre de l’Economie et des Finances et Mounir Mahjoubi, secrétaire d’Etat chargé du Numérique.

Elisabeth Borne a notamment été nommée préfet de la région Poitou-Charentes, première femme à occuper ce poste en 2013. En 2015, elle prend la tête de la Régie autonome des transports parisiens (RATP).

 

Bruno Le Maire a été directeur de cabinet de Dominique de Villepin entre 2006 et 2007 puis est élu député pour l’UMP dans le département de l’Eure.

Il a occupé ensuite les fonctions de secrétaire d’État aux Affaires européennes de 2008 à 2009, puis de ministre de l’Agriculture pendant près de trois ans dans le gouvernement Fillon.

Mounir Mahjoubi est un entrepreneur. Le 10 février 2016, il est nommé par François Hollande président du Conseil national du numérique.

Si aucun ministre ou secrétaire d’état n’a été désigné pour le tourisme, on notera la présence de Nathalie Loiseau et de Jean-Baptiste Lemoyne, respectivement ministre auprès du ministre et secrétaire d’État auprès du ministre de l’Europe et des Affaires étrangères.

TourMaG – 22/06/2017

Les Français reprennent goût aux voyages

Jeudi 22 juin 2017

Espagne, Grèce, Italie et Portugal sont en tête des destinations plébiscitées. La Tunisie et le Maroc font également de belles performances.

 

La Tunisie enregistre une belle progression sur le marché français.

« Il y a une très forte croissance des intentions de départs en vacances cet été. C’est très clair (…) et ça ne s’était pas produit à ce niveau-là depuis le début de la crise financière en 2008. » Jean-Pierre Mas, président des Entreprises du Voyage (EdV), est très optimiste pour 2017. Et il y a de quoi : les membres des EdV enregistrent en effet depuis le début de l’année une croissance de 9% du nombre de voyageurs et de 10% en termes de chiffre d’affaires.

Cette année, les touristes français seront 1,2 million de plus à partir en vacances cet été, soit 30 millions de Français au total, estime le cabinet d’études Protourisme. « On est revenu grosso modo aux chiffres de 2015, avec 43% de Français disant vouloir partir en vacances (+3 points) », a expliqué Didier Arino à l’AFP.

La destination France encore fragile

Mais cette reprise profite davantage à l’étranger qu’à la France, selon les chiffres d’EDV, puisque les destinations moyen-courriers connaissent une hausse de 14%, le long-courrier +13% tandis que l’Hexagone ne progresse que de 4%. Espagne, Grèce, Italie et Portugal sont en tête des destinations plébiscitées. La Tunisie et le Maroc font également de belles performances – un signe encourageant après plusieurs années difficiles pour la Tunisie.

L’Asie continue aussi d’attirer massivement les Français comme le Japon et l’Indonésie. La France d’outre-mer réalise aussi une belle saison avec 40% d’augmentation pour les Antilles et 17% pour La Réunion. Enfin, les Etats-Unis, première destination long-courrier des Français, restent stables.

En France, la Corse reste la destination la plus attractive, mais « toute la façade Atlantique se porte bien », notamment la Bretagne, et Bordeaux se positionne comme la ville que les Français ont le plus envie de visiter.

TOUR HEBDO – 22/06/2017

12345...179