• Accueil
  • > Actu des metiers du Tourisme

Archive de la catégorie ‘Actu des metiers du Tourisme’

L’Echo Touristique, le 04/07/2011 : « Amadeus simplifie le rail aux agences »

Lundi 4 juillet 2011

« Le GDS lance Agent Track, une solution gratuite qui permet aux conseillers de réserver des billets de train en toute convivialité.« Avec Agent Track, les agences de voyages vont devenir plus productives, sans pour autant être obligées de connaître tous les formats », précise Georges Rudas, directeur commercial. Mais les « experts » auront toujours la possibilité d’utiliser le mode graphique. « C’est une solution très innovante, dans laquelle nous avons beaucoup investi. » Intégré dans Selling Platform, Agent Track donne accès à toute l’offre SNCF, Eurostar, Thalys, et gère les profils voyageurs comme les remontées comptables.

Le centre d’appels Euraxo l’utilise déjà depuis l’automne dernier. « Les grands réseaux comme American Express Voyages d’Affaires, Carlson Wagonlit Travel et BCD sont en train de le tester pour l’intégrer dans leurs outils. Les réseaux volontaires aussi. » « Nous allons essayer de procéder au déploiement dans toutes les agences sur le 12 prochains mois. » De par son mode web, l’outil devrait être rapidement maîtrisé par les professionnels, estime Georges Rudas.

Près de 14 millions de réservations transitent par le GDS chaque année en France. Avec Agent Track, et le développement des dessertes en TGV, Amadeus mise sur une croissance de l’activité. Dans un deuxième temps, son objectif est d’ouvrir l’interface aux compagnies ferroviaires des autres pays européens, pour en faire une plateforme paneuropéenne de réservations online et offline. »

L’Echo Touristique, le 01/07/2011 : « CWT les voyageurs d’affaires préfèrent les agences aux SBT »

Lundi 4 juillet 2011

« Si réserver en ligne coûte moins cher aux entreprises, les voyageurs préfèrent, eux, passer par un agent de voyages, selon une étude du réseau Carlson Wagonlit Travel (CWT).

Oui, les solutions de gestion en ligne de voyages d’affaires (SBT) permettent de réaliser des économies. Selon les gestionnaires de déplacements professionnels, les réservations en ligne permettent d’obtenir des billets d’avion 7% moins cher, en moyenne. Les voyageurs ou leurs assistantes développent un sentiment de culpabilité visuelle qui les incitent, face à l’écran d’ordinateur, à choisir les tarifs les plus bas. Mais le taux de satisfaction est significativement plus bas via un SBT, du moins chez CWT : les voyageurs et leurs assistantes qui sont satisfaits (note de 7/10 et plus) de leurs dossiers online sont 78%, contre 87% sur les dossiers offline. Ceux qui sont mécontents (note de 4/10 et moins) sont respectivement 10% sur les réservations en ligne et 6% sur celles offline. « Là où le bât blesse, c’est sur les interfaces, qui doivent poursuivent leurs efforts pour améliorer la rapidité, l’accessibilité aux tarifs les plus bas, et l’ergonomie », explique Grégoire Boutin, senior consultant du Travel Management Institute de CWT. Pour lui, les voyageurs d’affaires rêvent d’une navigation aussi simple que sur Expedia.
Reste que, pour les chefs d’entreprise, l’économie est une motivation importante, ce qui justifie en partie la progression des SBT. Le taux de réservations en ligne atteint 52% dans le monde, souligne l’étude de l’institut, réalisée auprès de 1200 voyageurs et gestionnaires. Une moyenne qui cache des disparités : le taux tombe à 26% en France. Plus surprenant, il tombe à 17% au Royaume-Uni. Explication : l’étude de CWT porte uniquement sur les clients du réseau qui, outre-Manche, sont nombreux dans des administrations. Or les fonctionnaires sont à priori peu enclins à utiliser les SBT.  »
 

Le Quotidien du Tourisme, le 24/06/2011: « 67% des français préparent leurs vacances sur internet »

Dimanche 3 juillet 2011

« Au moment de préparer leurs vacances, 67% des Français utilisent Internet pour s’informer sur leur destination contre 21% qui consultent les guides touristiques, et 41% le bouche à oreille, selon un sondage Ipsos réalisé pour le ministère de l’Economie et publié mercredi.

L’enquête montre que plus de six Français sur dix (62%) ont l’intention de partir en vacances entre juin et septembre, contre 38% qui savent déjà qu’ils ne partiront pas. Pour ceux qui ont préparé ou préparent encore leurs congés, internet arrive largement en tête (67%) des sources d’information, tous sondés confondus. La proportion monte à 94% pour les moins de 25 ans et descend à 44% pour les 45 ans et plus. Le bouche à oreille est la deuxième source d’information (41%), tandis que les guides touristiques ne sont consultés que par 21% des vacanciers potentiels et les beaux livres par 5%. »

Déplacementspros.com, le 24/06/2011 : « American Express Voyages d’Affaires lance un nouveau plan social en 2011″

Lundi 27 juin 2011

« Il est bien rare de pouvoir écrire qu’un plan social s’installe en parfaite entente entre la direction et les syndicats de l’entreprise. C’est pourtant le constat qu’il faut faire autour du nouveau PSE qui se met en place chez Amex pour 2011 et s’inscrit dans la continuité de celui engagé en 2010. Mais prudence, ce nouveau PSE n’en est qu’à ses débuts. Il a été présenté aux syndicats le 28 avril dernier.

Pour les représentants du personnel, qui préfèrent pour l’heure conserver l’anonymat « On ne s’engage pas dans une restructuration sans craindre pour l’emploi et la qualité des services offerts aux client même si les propositions actuelles de la direction semblent vouloir préserver le personnel ». De son côté Eric Audoin, le patron d’Amex, remet les faits à leur place. « Nous parlons de 70 personnes à qui nous proposons des reclassements. Amex s’est engagé dans une refonte de ses services de back office et de reporting. Nous nous sommes mis au diapason européen de l’entreprise en utilisant les services d’EXL ». Et de poursuivre « la refonte de nos activités de reporting sont essentielles pour donner à nos clients les informations globales qu’ils attendent ». Concrètement, les représentants du personnel constate qu’une partie des services sera implantée en Roumanie, là ou les salaires sont les plus faibles d’Europe, et en Inde. Bonne nouvelle, le service « paye » qui devait partir pour Prague restera à Rueil. « Il faut regarder sereinement et efficacement tout ce qui va servir à améliorer le service à nos clients », conclue Eric Audoin, « Les changements que nous constatons dans le monde du voyage d’affaires vont vite. Nous devons aussi nous y adapter ». »

Marché du Voyage d’affaires : 3 réseaux revendiquent la 3ème place !

Dimanche 26 juin 2011

En regardant les communiqués de presse reçus ces dernières semaines de la part des TMC, coup au cœur : trois d’entre eux revendiquent la troisième place du podium avec plus ou moins de transparence dans leurs chiffres. Egencia, Tourcom-Manor ou AS Voyages l’affirment : ils sont bien le troisième réseau d’affaires français. Remarquez, on peut aussi dénombrer trois quatrième. N’en jetez plus !

Reprenons les faits. En tête, CWT occupe bien la première place du classement. Derrière, avec environ 1,9 milliard de recettes, American Express Voyage d’Affaires est bien à la seconde place.

C’est après que cela se complique. Il semblerait qu’Egencia en France soit autour de 500 millions d’euros. Afat Selectour (AS Voyages) annonce 1,2 milliards et le nouveau regroupement Manor/Tourcom annonce que la partie affaire de ses 3 milliards d’euros de chiffre d’affaires pèse 65%. Petit calcul, cela donne environ 1,9 milliard d’euros. 

Ce qui est intéressant, c’est de noter cet attirance pour la troisième place. Il est vrai que se dire quatrième ou cinquième, c’est pas très chic, pas très flatteur. Troisième, c’est mieux. On est sur le podium, à un short des vainqueurs. On peut imaginer tutoyer les étoiles du domaine. On commence à s’entrainer pour répondre aux interviewes quand on sera leader. Bref, c’est bon pour l’image… Sauf que les chiffres avancées par les trois troisièmes sont invérifiables : il ne s’agit que d’un déclaratif (pour l’instant) dont personne ne peut affirmer qu’ils correspondent à la réalité économique.

Pourquoi ce constat alors ? Tout simplement parce que le voyage d’affaires manque cruellement de repères économiques, exploitables par les fournisseurs, les clients et les agences elles mêmes. Une tâche complexe qui fait appel à la confidentialité d’un expert comptable soumis au secret professionnel et à l’analyse d’un spécialiste des marchés pour les commenter. C’est ce qu’il faudrait mettre en place.

Il reste à savoir si les acteurs du domaine joueront le jeu. Le pari est loin d’être gagné même s’il est excitant.

Source : www.deplacementspros.com

1...175176177178179...189