• Accueil
  • > Actu des metiers du Tourisme

Archive de la catégorie ‘Actu des metiers du Tourisme’

Globéo Travel : « Pourquoi certains ferment alors que nous ouvrons ? »

Vendredi 22 décembre 2017

Spécialisée dans le voyage d’affaires, Globéo Travel a ouvert, en février dernier, un  business center à Nantes. Et puisqu’elle affiche un chiffre d’affaires en hausse de 25%, l’entreprise s’y sent pousser des ailes…

Globéo Travel : 25% de croissance en 2017

Pourquoi Nantes ? L’histoire pourrait inspirer un scénario.  « Nous étions salariés chez CWT », raconte Camille. « Avec mes collègues Thomas et Julie, certaines décisions du siège commençaient à nous déplaire. Dans un article, nous avions vu que l’entreprise Globéo Travel, basée à Paris, marchait bien. Alors, au printemps 2016, nous leur avons envoyé un mail où nous leur proposions de travailler pour eux  en Home Office ».

 

En août, Grégory Mavoian, cofondateur, avec Laurent Brillant, de Globéo Travel,  se rend pour la première fois de sa vie à Nantes. Séduit par la proposition de ces 3 professionnels et par l’environnement de la métropole de l’Ouest, il les embauche et, dès septembre, y ouvre un bureau. Quelques mois plus tard, en février 2017, c’est tout un business center qu’il aménage. Parallèlement, il recrute 20 agents.

 

« C’est clairement parce que Camille et ses collègues nous ont lancé cet appel que nous avons créé ces 20 emplois à Nantes », sourit Grégory Mavoian.

20 emplois, c’est pour commencer. Car dans ce business center situé en plein cœur rénové de l’île de Nantes, ce sont 60 postes d’ordinateurs qui sont déjà installés !

 

« Globéo Travel a atteint 100 millions d’ € de chiffre d’affaires en 2016 et nous avons fait 25% de croissance cette année. Nous en espérons autant pour 2018 surtout que nous venons de signer pour 17 millions de contrats avec deux grands comptes. Alors il est clair que nous allons nous développer et que c’est à Nantes que nous allons le faire », confie Grégory Mavoian.

 

Une chance pour les agents de voyage business du territoire, car, hasard du calendrier, c’est justement à Nantes que CWT a choisi de fermer l’un de ses plateaux affaires. Carlson y employait jusqu’à 90 personnes !

 

« Pourquoi certains ferment alors que nous ouvrons ? Peut-être parce que, même si la technologie est au centre des enjeux pour les clients, le côté humain reste pour nous le plus important et nous capitalisons donc dessus », reprend  Grégory Mavoian. Plus la technologie est présente, plus la réponse humaine est importante et a de la valeur. Nos clients notent en temps réel la prestation de nos agents et, s’ils en sont satisfaits, nos logiciels font en sorte qu’à leur prochaine demande, ils puissent, dans la mesure du possible, retrouver le même interlocuteur. Cela ajoute une vraie plus-value. Notre devise, c’est faire déplacer plus vite, avec plus de services et pour moins cher ».

 

Les principaux domaines d’activités de Globéo Travel couvrent les transports (du taxi à l’avion), le logement et les locations de salles. Une activité plus pointue qu’il n’y paraît peut-être. « Nous organisons parfois des déplacements pour plus d’un millier de personnes qui partent de n’importe où dans le monde pour se rendre au même moment au même endroit, explique le fondateur. Plus le temps passe et plus nous sommes en capacité de répondre à des appels d’offres de très grandes envergures ».

LE QUOTIDIEN DU TOURISME – 22/12/2017

David Falter est nommé président de la division RoomIt de CWT

Mercredi 20 décembre 2017

La nouvelle division hôtel de Carlson WagonLit Travel a désormais son président. Basé au siège de RoomIt à Chicago, David Falter sera rattaché à Kurt Ekert, président-directeur général de CWT.

David Falter a par le passé occupé différents postes de P.-D.G. au sein de six entreprises. Dernière en date, Antenna Intel, qu’il dirigeait tout en étant directeur associé d’Acorn Grownth Partners Inc. Il est également administrateur non-exécutif de BizPay.

Scott Brennan, qui a piloté le lancement de la division RoomIt, est quant à lui nommé Chief Growth Officer.

TOUR HEBDO – 15/12/2017

Carlson : du changement à la tête de la zone Europe

Mercredi 20 décembre 2017

En Italie et Royaume-Uni

Avec pour l’objectif d’intégrer le top 3 mondial du secteur de l’hôtellerie, Carlson a étoffé son staff dans la zone Europe.

En cette fin d’année, Carlson Rezidor Hotel Group a étoffé son équipe de développement régional Europe, Moyen-Orient et Afrique (EMEA).

Mauro Vinci rejoint ainsi le groupe en tant que directeur du développement des affaires en Italie. En poste au sein de NH Hotel Group, lors des 6 dernières années, Mauro Vinci était directeur du développement en Italie et il avait ajouté pas moins de 10 adresses au portefeuille de la société.

Quant à Adela Cristea, elle devient directrice du développement au Royaume-Uni et en Irlande, après avoir occupé le même poste à responsabilité au sein de Hilton Hotels.

« Je suis convaincu que Mauro et Adela apporteront leurs connaissances, se félicite Elie Younes, le directeur du développement de Carlson Rezidor Hotel Group EMEA. Et leurs expériences en matière de développement sur les marchés clés du Royaume-Uni et de l’Italie, et soutiendra la croissance de notre portefeuille multimarques dans ces deux pays importants.

Ces nominations doivent permettre contribuer à notre croissance dynamique alors que nous continuons à nous rapprocher de notre objectif d’être parmi les trois meilleurs groupes hôteliers au monde. »

Radioscopie 2017 du marché du voyage d’affaires

Mercredi 20 décembre 2017

Le spécialiste de la gestion des voyages d’affaires Traveldoo a recensé les 5 tendances qui ont marqué l’année 2017 sur le marché des déplacements professionnels.

 

82% des voyageurs d’affaires de moins de 35 ans préfèrent faire leurs réservations eux-mêmes.

Selon le cabinet de conseil Epsa, le marché du voyage d’affaires a pesé cette année 39 milliards d’euros et a ainsi progressé de 3 % par rapport à 2016. Un marché qui connaît aussi des tendances de fond importantes.

L’humain conserve sa place

Le remplacement de l’humain par le robot, ce n’est pas encore pour demain. Même si davantage de voyageurs font leurs réservations eux-mêmes, 60 % d’entre eux souhaitent conserver une interaction humaine selon Egencia. Seulement 11 % des personnes interrogées par FCM Travel Solutions pensent que les agents virtuels vont remplacer les conseillers voyage humains.

Les politiques voyages encore mal appliquées

La mise en place d’une politique voyage peut se révéler fructueuse pour les entreprises : elles réaliseraient ainsi 15 % d’économies… si ladite politique était respectée. Dans les faits, la moitié des réservations d’hôtels se fait en-dehors de la politique de l’entreprise. A noter que 82 % des voyageurs d’affaires de moins de 35 ans préfèrent même faire leurs réservations eux-mêmes, selon BDC Travel.

Les travel managers travaillent donc à rendre la travel policy plus adéquate aux besoins des voyageurs d’affaires. 81 % d’entre eux prévoient de fournir des applications Travel & Expanse, selon American Express GBT.

Les notes de frais, un coût de traitement élevé

AirPlus, fournisseur de solutions de gestion des dépenses de voyages d’affaires, a calculé qu’une entreprise ne disposant pas de système de paiement centralisé, ni d’intégration automatique des dépenses, dépense 20 € par facture pour la traiter. La fraude sur les notes de frais coûterait elle 700 € par an et par employé selon Captio.

Les nouveaux moyens de paiement s’imposent

Elle a fait beaucoup parler d’elle cette année : la carte virtuelle devient un mode de paiement incontournable dans le voyage d’affaires. Selon AirPlus, le nombre de transactions réalisées par ce biais a progressé de 180 % cette année.

Le bleisure reste à la mode

Lier travail et loisirs est toujours d’actualité : 30 % des travel managers ont observé cette année une volonté croissante d’allier business et loisirs, selon les données recueillies par American Express GBT. Dans les faits, FCM Travel Solutions a évalué qu’un voyageur d’affaires sur trois a bel et bien profité d’un déplacement professionnel pour le prolonger par un séjour personnel.

TOUR HEBDO – 20/12/2017

 

 

Données personnelles : les 3 évolutions à venir du profilage voyageur

Mercredi 20 décembre 2017

Le Totec 2017, événement dédié au tourisme et aux nouvelles technologies, s’est tenu aujourd’hui. La sécurité des voyageurs et des données était au programme.

 

Le nouveau règlement européen pour la protection des données personnelles entrera en vigueur le 25 mai prochain.

Le profilage des clients est une pratique courante dans le marketing. Mais l’entrée en vigueur du règlement européen sur la protection des données personnelles (RGPD) rebat les cartes. Alain Bensoussan, avocat à la cour d’appel de Paris et spécialiste du droit de l’informatique et des technologies avancées, a mis en garde le secteur du tourisme, lors de l’édition 2017 du Totec. Il a aussi fait part de sa vision sur le profilage des voyageurs dans les 5 années à venir.

« Le profilage du voyageur va devoir évoluer avec l’arrivée du RGPD. Le profilage tel qu’il est actuellement représente un risque pour les entreprises », assure-t-il. En cas de non respect à la législation, qui entrera en vigueur le 25 mai prochain, les entreprises écoperont 20 millions d’euros d’amende et jusqu’à 4% de leur chiffre d’affaires global. D’où trois évolutions majeures à venir selon lui :

Le profilage synchrone

Autrement dit, synchroniser le virtuel et le physique. « Le profilage est synchrone lorsque vous récupérez des données lorsque votre voyageur est géolocalisé à l’aéroport et qu’il y est à l’instant t », explique Alain Benssousan. L’entreprise collecte de manière plus ciblée des données client et donc évite une collecte massive, prohibée par le RGPD. Ce profilage inclura des outils comme la réalité augmentée et la réalité virtuelle.

Les accessoires de voyage connectés

Plutôt que de récupérer des données de plates-formes comme Facebook ou Instagram, les opérateurs du tourisme pourront mieux connaître leurs clients grâce à leur valise connectée, assure l’avocat. « La valise pourrait aussi faire la déclaration de douane, la vérification d’identité du voyageur pour le voyageur. Ce dernier serait relié à sa valise par une montre ou un smartphone. » Sécuriser les données, c’est aussi sécuriser les individus. Le fait d’avoir acheté son billet en liquide à la dernière minute pourrait ainsi être relevé et analysé.

L’ubérisation de la sécurisation des données

Comment déterminer sur qui repose la responsabilité de sécuriser des données, et donc les voyageurs, dans un secteur aussi complexe que celui du voyage ? Pour Alain Bensoussan, de nouveaux acteurs du même type qu’Airbnb vont disrupter la sécurité. « Apple propose aujourd’hui de la reconnaissance faciale, de la commande vocale et un écosystème d’applications. L’entreprise pourrait se positionner sur la sécurité. »

TOUR HEBDO – 14/12/2017

12345...195