• Accueil
  • > Actu des metiers du Tourisme

Archive de la catégorie ‘Actu des metiers du Tourisme’

La CFTC de CWT France vous informe : ouverture des NAO

Vendredi 23 mars 2018

Vos élus CFTC vous informent que la négociation annuelle obligatoire – NAO a débuté ce vendredi matin.

QUEZACO NAO ????????????  : c’est une négociation qui touche aussi bien au salaire, la durée et l’organisation de travail, les demandes de trav ail à temps partiel, les mesures concernant l’égalité hommes/femmes au sein de l’entreprise, etc.

Bien entendu nous avons d’ores et déjà envoyé nos demandes à la direction.

Nous vous tiendrons informés de la suite.

LNLM – 23/03/2018

 

 

La CFTC de CWT France vous informe : NOUVELLE DRH MONDE

Mercredi 21 mars 2018

Carlson Wagonlit Travel annonce la nomination de Catherine Maguire-Vielle au poste de directrice des Ressources Humaines. L’ancien DRH, David Moran, a pris la décision de quitter CWT, son départ aura lieu au début du mois d’avril.

Basée à Paris, elle travaillera aux cotés de Kurt Ekert en tant que membre du Comité de direction de CWT. Elle occupait précédemment les postes de Senior Vice President & Assistant General Counsel au sein de CWT.

Catherine Maguire-Vielle est titulaire d’un Bachelor en droit de l’Université de Sheffield, et a complété ses études juridiques par un LPC (Legal Practice Course) au College of Law, dans le York en Angleterre. Elle a ensuite rejoint le cabinet de droit international Clifford Chance en 1999, où elle a exercé à Paris et à Londres. Elle est entrée chez CWT en 2006 en tant que Director & Senior Corporate Counsel.

 TOUR HEBDO – 21/03/2018

Comment exister sur internet lorsque l’on est une petite agence ?

Vendredi 16 mars 2018

Les agences physiques, pour assurer leur développement, doivent se digitaliser. Heureusement, il existe des solutions adaptées aux besoins de chaque agence, même les plus petites.

Amazon a ouvert des boutiques physiques aux États-Unis, car il s’est aperçu qu’en étant plus proche de ses clients, ces derniers sont plus incités à acheter sur son site internet. L’inverse est également vrai : le web to store a fait ses preuves comme le confirme Jean Christophe Planck de Salaun Holidays « Nos agences concrétisent 10% des devis issus du web et nous progressons tous les jours ».

 

Dans notre monde de plus en plus connecté, les agences doivent se lancer sur le net pour exister en ligne, valoriser leur offre… et leur savoir-faire. C’est ce qu’explique Josielle, responsable de l’agence Jacaranda, agence de quartier spécialisée dans les voyages à Madagascar : « les nouvelles générations sont connectées, les plus anciennes s’adaptent. Nous tenons compte de l’air du temps pour rester compétitifs et accentuer notre ouverture sur le monde. »

Avant de se demander comment, demandons-nous pourquoi ?

Le marché a mûri, l’e-tourisme a pris son envol et la recherche et la réservation sur internet sont entrées dans les habitudes de consommation. La contrepartie de cette maturité : une concurrence exacerbée et une pression accrue sur les marges… De quoi faire douter les petites agences traditionnelles qui n’ont pas l’expertise,  les moyens marketing, ou encore une offre suffisamment compétitive pour remonter dans les comparateurs. Et pourtant, jamais les agences physiques n’ont eu autant d’intérêt à être visibles et « réservables » en ligne.

Exister sur le net

30% des requêtes sur Google concernent des recherches locales ! La proximité s’impose de facto comme un argument majeur à exploiter d’autant qu’il est possible de cibler et tracker les internautes qui viennent dans les boutiques physiques. Un service en ligne, 24H/24 et 7J/7 s’avère être un excellent moyen de fidéliser les clients qui ont pris la fâcheuse habitude d’être volages. Soyons clairvoyants : un site marchand ne fera pas d’une petite agence de quartier le géant en ligne de demain… mais elle pourra capitaliser sur sa base de clients existants, pratiquer du push, valoriser son site dans son établissement, etc. En un mot, devenir multicanal et jouer la complémentarité avec les différents canaux de distribution.

Le buzz word « MULTICANAL » est devenu « OMNICANAL »

Le concept de « Web-to-store » a vu naître sa réciproque « Store-to-web » qui consiste à renvoyer le client vers le site du point de vente. C’est pour cette raison que l’on évoque plutôt aujourd’hui le concept d’omnicanal. Loin de remplacer le point de vente, le web le complète et permet à des secteurs d’activité comme la Distribution de générer des ventes additionnelles. La bonne recette : l’exhaustivité des stocks en ligne et le service en magasin. Une méthode simple et applicable aux agences traditionnelles disposant d’une stratégie en ligne claire et réaliste.

Des solutions clés en main pour les petites agences

Alors, les petites agences « Brick & Mortar »(1) doivent-elles se décourager ? Certainement pas… Elles disposent des armes pour tirer leur épingle du jeu, à condition de s’équiper de la bonne technologie, adaptée à leur structure et à leurs ambitions en ligne.

Des solutions complètes et faciles à utiliser…

Pour répondre au besoin d’un moteur aérien « clé-en-main », certaines ont fait le choix de la solution Amadeus e-Power Starter. Il s’agit d’un moteur aérien qui donne accès à toute l’offre aérienne du GDS aussi bien les compagnies régulières que low-cost. Il permet également d’accéder au  merchandising, à savoir les services additionnels et familles tarifaires, des compagnies avec les tarifs publics et négociés à travers un outil de recherche tarifaire performant. Il s’enrichit constamment des nouveaux contenus et fonctionnalités développés par Amadeus. Intuitif, e-Power starter propose une interface multilingue, une réservation en 4 étapes, un affichage des vols calendaire ou tarifaire et est « Responsive Design » pour s’adapter au format des tablettes et mobiles.

 

La solution, adaptée à tout type d’agences, même les plus petites, est facile à implémenter et à prendre en main. L’agence dispose d’une console d’administration pour gérer sa politique commerciale et suivre ses ventes en en temps réel. Dans la même gamme Amadeus e-Power Premium permet de mettre en place une interface utilisateur entièrement personnalisée.  «Nous avons intégré cette plateforme de réservation en ligne, car elle est rapide à mettre en place et simple à utiliser. ». Josielle, Responsable de l’agence Jacaranda de Madagascar


Ou entièrement personnalisables pour répondre à des besoins spécifiques… 

Certaines agences spécialistes ou tour-opérateurs par exemple, ont besoin d’une connectivité aérienne pouvant s’adapter à leur activité spécifique et s’intégrer dans leur environnement technologique. Disposant de ressources IT internes ou d’un partenaire intégrateur, ils souhaitent se différencier par leur interface utilisateur et donc être entièrement autonomes sur le développement du front-end. Pour ceux-là, Amadeus propose une offre de business web services (offre Amadeus Smart Content Access). L’objectif de ces business web services est de donner un accès au contenu complet au travers de services qui agrègent et orchestrent des fonctionnalités. Le principe est de faciliter l’implémentation tout en conservant la flexibilité de la technologie web services.

 

C’est le choix qu’a fait Hotelissima.fr, agence en ligne spécialisée dans la réservation de voyage à la carte dans les îles tropicales. Elle possède des compétences technologiques et maîtrise le développement de ses outils.  Cet acteur a choisi les business web services d’Amadeus pour accéder dynamiquement au vol et faciliter la construction de leurs packages sur-mesure. La raison : facilité  d’intégration et simplicité du processus de certification. Autre argument : le GDS met à disposition de ses prospects et clients un portail « Amadeus Developers » à destination des développeurs donnant accès à  la documentation ainsi qu’à des exemples de flux. Nous avons également fait appel de nombreuses fois à l’équipe de support à l’implémentation. Nous avons apprécié le fait d’avoir des interlocuteurs qui comprennent nos besoins et connaissent notre architecture et ont su nous accompagner tout au long de la phase d’implémentation». Dominique, chef de projet chez Hotelissima.fr

Réussir sur le net

La réussite sur internet n’est pas réservée qu’aux majors d’autant que ces dernières doivent faire face à des dépenses marketing de plus en plus élevées pour remonter dans le moteur de recherche. Il existe des solutions pour les TPE/PME que sont la grande majorité des agences de voyages physiques. Les partenaires technologiques sont à même d’accompagner leur digitalisation, quel que soit leur besoin, et de les faire bénéficier des bonnes pratiques de ceux qui ont choisir d’aller en ligne plus tôt. D’autres l’ont fait, pourquoi pas vous ?

LE QUOTIDIEN DU TOURISME – 16/03/2018

 

La CFTC de CWT France vous informe : CHSCT suite

Mercredi 14 mars 2018

Bonjour,

Le 05 mars dernier, les élus CFTC au CHSCT de CWT FRANCE vous informaient qu’en septembre dernier suite à 2 droits de retraits sur nos sites, le CHSCT de CWT a voté une étude des RPS sur l’ensemble de nos sites.

La direction a attaqué notre demande et a conduit le CHSCT au tribunal.

Le 28 février dernier a eu lieu l’audition.

Voici le résultat :

Comme promis les élus du CHSCT sont heureux de vous annoncer que le Tribunal a donné gain de cause au CHSCT de CWT France dans ce dossier en considérant la société CWT France irrecevable dans ses demandes.

Du coup, le Tribunal a fait droit à l’intégralité de l’expertise, tant dans son principe que son étendue.

De plus le tribunal a pris en compte les nombreuses pressions exercées pendant plusieurs mois  par la Direction sur les membres du CHSCT et a condamné CWT au titre du préjudice moral envers vos élus.

Les élus sont tous heureux et fiers d’avoir gagné car enfin nous pourrons, grâce à cette expertise, aider au mieux tous les salariés de CWT France.

LNLM – 14/03/2018

Une majorité de Français réservent leurs vacances en ligne

Mercredi 14 mars 2018

C’est un nouveau cap, et une première sur le marché français. Le online dépasse le offline, selon le baromètre 2018 Opodo/Raffour Interactif, qui révèle aussi un taux de départ record en vacances. Explications.

53% des voyageurs français ont réservé et payé en ligne tout ou partie de leurs séjours sur Internet, contre 50% exactement en 2016, révèle le baromètre Opodo/Raffour Interactif. « 60 jours séparent le début de la réflexion de la réservation du voyage, avec 400 ‘moments digitaux’, d’après une étude Google », a commenté Quentin Bacholle, responsable de la diversification des revenus du groupe d’eDreams Odigeo (Opodo).

 

Le mobile gagne du terrain

La recherche atteint elle aussi des sommets. 79% des Français ont consulté des sites ou des applications pour préparer leurs séjours, parmi les Français partis, soit deux points de plus qu’en 2016. « Un Français qui arrive en agence est pré-informé en ligne, et donc très exigeant », souligne Guy Raffour, fondateur du cabinet éponyme. « C’est ce qui rend notre métier passionnant, ajoute Quentin Bacholle. Dans le parcours d’achat, nous devons garantir l’hyper-personnalisation ».

L’usage du téléphone mobile ou d’une tablette pour planifier ses déplacements loisirs s’est nettement renforcé (58%, 5 points supplémentaires versus 2016). « Chez Opodo, nous sommes à 36% de réservation sur le mobile. La France opère un rattrapage par rapport aux pays nordiques ou à la Chine », indique Quentin Bacholle.

Un taux de départ record

En 2017, 64,2% des Français ont plié bagages, un record depuis 16 ans, qui résulte notamment de la météo et d’une conjoncture favorables. Autre bonne nouvelle, les voyageurs sont partis plus souvent (au niveau inédit de 2,7 périodes en 2017, versus 2,3 en 2016). La raison principale de cette double croissance ? Le besoin « vital » de s’évader, répond invariablement Guy Raffour : « 55% des Français sont prêts à sacrifier d’autres dépenses pour partir », ajoute-t-il.

« Nous mesurons trois taux de départ », a poursuivi Guy Raffour. Le court séjour marchand a légèrement baissé, à 33% (-1 point versus 2016). C’est l’occasion d’une échappée belle, souvent en Europe. Lisbonne, Porto, Londres arrivent en tête des destinations court-séjours chez Opodo France, a souligné Quentin Bacholle. Le taux de départ en long séjour marchand s’élève à 41% l’an passé, comme en 2016. Celui en long séjour non-marchand (famille, amis, résidence secondaire) grimpe de quatre points à 29% en 2017, après une baisse notoire en 2016. « Le taux de départ total en long séjour s’élève à 59%, ce qui signifie que 41% des Français ne partent pas en vacances », a ajouté Guy Raffour.

L’étranger rit, la France pleure

En termes de destinations choisies en 2017, la France seule arrive loin devant (62% des départs en 2017, contre 66% en 2016), devant l’étranger seul incluant les Dom-Tom (20% en 2017, contre 21% en 2016). Près d’un Français sur cinq se paie le luxe de cumuler des séjours en France et à l’étranger (18% en 2017, contre 13% en 2016)

« Nous n’avons jamais eu un taux de départ aussi important pour les voyages à l’étranger. Nous passons de 34% à 38%, soit une progression de 1,8 million de personnes, surtout en courts séjours marchands. »

Le baromètre Opodo/Raffour Interactif 2018 s’appuie sur un sondage réalisé en janvier et février 2018 auprès d’un échantillon représentatif de 1000 Français, interrogés par des enquêteurs professionnels sur les courts séjours (1 à 3 nuits) marchands et les longs séjours.

L’ECHO TOURISTIQUE – 14/03/2018

12345...206