Archive de la catégorie ‘Adhérents CFTC de CWT’

Insee: La croissance française du dernier trimestre de 2015 revue à la hausse

Lundi 29 février 2016

INDICATEUR Elle passe de +0,2% à +0,3%…

Un petit mieux. La croissance du Produit intérieur brut (PIB) en France pour le quatrième trimestre de 2015 a été revue à la hausse, à 0,3% contre 0,2% annoncés auparavant, a indiqué vendredi l’Insee. Mais cela ne change rien au chiffre de la croissance pour l’ensemble de 2015, qui s’est établi à 1,1%, précise l’Institut national des statistiques et des études économiques dans un communiqué.

«Cette révision s’explique notamment par l’intégration d’indicateurs indisponibles lors de la première estimation, principalement sur l’investissement des ménages en logements neufs, la consommation d’énergie et les échanges extérieurs et par des révisions d’indicateurs déjà disponibles», explique-t-il.

Dans le détail, les dépenses de consommation des ménages ont reculé de 0,2% au quatrième trimestre, marqué par les attentats de Paris et des températures particulièrement douces. Ce recul a toutefois été révisé à la baisse par rapport à la première estimation, qui était de -0,4%.

A lire aussi: Les attentats de Paris pourraient coûter 2 milliards d’euros à l’économie française

«Les dépenses en biens diminuent (-0,5% après +0,7%), en particulier en énergie et en habillement», indique l’Insee. La consommation d’énergie s’est repliée de 2,4% après +1,7% au troisième trimestre, tandis que les dépenses en services ont légèrement ralenti, augmentant de 0,1% après +0,2%.

Forte hausse de la consommation des ménages en 2015

Sur l’ensemble de 2015, la consommation des ménages a augmenté de 1,4%, un chiffre inchangé par rapport à la première estimation. «Il s’agit de la plus forte augmentation depuis 2010», souligne l’Insee.

Les investissements ont pour leur part accéléré au quatrième trimestre, à +0,7% après +0,1% au trimestre précédent. Ceux des entreprises ont cru de 1,3%, mais ceux des ménages ont reculé de 1% (contre une hausse de 0,1% annoncée lors de la première estimation).

Les investissements en bien manufacturés ont été particulièrement soutenus, augmentant de 2,5% au quatrième trimestre. En revanche, ils ont reculé de 0,3% dans la construction, mais moins qu’au trimestre précédent (-0,8%).

Sur le volet du commerce extérieur, les exportations ont bondi de 1% après avoir reculé de 0,6% au trimestre précédent. Les importations ont pour leur part accéléré à 2,5%, après une hausse de 1,7% au trimestre précédent. «Au total, le solde commercial pèse de nouveau sur la croissance du PIB (-0,5 point au quatrième trimestre 2015, après -0,7 point)», signale l’Insee.

20 MINUTES – 29/02/2016

Employeurs : comment payer moins de charges sur les embauches

Lundi 29 février 2016

Le Snav détaille le dispositif gouvernemental qui permet aux PME de moins de 250 salariés de percevoir une aide sur les salaires jusqu’à 1 900 euros.

 

La prime d’embauche PME permet de percevoir 4 000 euros sur les deux premières années d’un contrat. ©DR

Le Snav détaille les nouveaux dispositifs mis en place par le gouvernement pour aider les PME à embaucher.

Le dispositif « Embauche PME », s’adresse à toute entreprise de moins de 250 salariés, et s’applique au recrutement d’un salarié en CDI, ou CDD de plus de 6 mois, ou contrat de professionnalisation égal ou supérieur à 6 mois.

Le salaire doit être de 1,3 Smic maximum (soit 22 877 euros bruts annuels, avec une durée de travail de 35 heures).

Une prime trimestrielle de 500 euros est versée à l’employeur, durant les deux premières années du contrat, soit 4 000 euros au total. Elle est cumulable avec l’ensemble des autres dispositifs existants, notamment le CICE.

Deux exemples de salaires

Ainsi, comme l’indique le dépliant gouvernemental, dans le cas d’un salaire de 1 466 euros brut mensuel, l’employeur doit verser 601 euros mensuels de cotisations patronales. En faisant jouer les aides existantes (440 euros pour la réduction bas salaire et le pacte de responsabilité, 88 euros pour le CICE, et 166 euros pour la prime à l’embauche PME), l’employeur peut percevoir un total de 694 euros, soit se faire rembourser 100% des cotisations.

Dans le cas d’un salaire de 1 900 euros bruts mensuels, l’employeur doit verser 779 euros de cotisations mensuelles. Grâce aux aides en cours (247 euros pour la réduction bas salaire, 114 euros pour le CICE et 166 euros pour l’embauche PME), l’employeur peut bénéficier de 527 euros de primes, et ne verser que 252 euros de cotisations sociales par mois.

Ce dispositif, rappelle le Snav, est valable depuis le 18 janvier dernier jusqu’au 31 décembre 2016. La demande s’effectue via le formulaire Cerfa.

TOUR HEBDO – 29/02/2016

Pôle Emploi dresse l’état des lieux de l’emploi dans le tourisme

Lundi 29 février 2016

Béatrice Guerlot, chargée de mission à Pôle Emploi, livre dans une interview à Tour Hebdo un bilan des offres d’emplois dans les métiers de l’hôtellerie, la restauration et le…

Tour Hebdo : Que pèse le secteur du tourisme par rapport à l’ensemble des domaines professionnels ?

Béatrice Guerlot : Ce secteur fait partie d’une grande rubrique regroupant également l’hôtellerie, la restauration, les loisirs et l’animation. L’an dernier, 350 639 offres d’emplois ont été confiées à Pôle Emploi, soit un volume d’offres en croissance de 1% par rapport à 2014 alors qu’on enregistrait une diminution de -1,07% entre 2014 et 2013. Il s’agit du troisième secteur pourvoyeur d’offres d’emplois derrière le commerce / la vente / la grande distribution et les services à la personne et à la collectivité. Il faut ajouter à ce volume d’offres 133 639 offres agrégées à partir des sites partenaires de Pôle Emploi tels que Réso France, Internet Presse Infos et d’autres jobboards généralistes.

THO : Quels sont les métiers recherchés ?

B.G. : L’hôtellerie reste largement majoritaire. Près de 44% des offres sont proposées dans les métiers de la production culinaire contre 24% pour le service et 16% pour l’animation d’activités de loisirs. La vente de voyages compte 2 961 offres d’emplois en 2015, ce qui n’est pas beaucoup mais stable par rapport à 2014 avec 2 875 offres. Dans ce domaine, le taux moyen de satisfaction des offres est de 85% et le délai de 35 jours contre 88% et 33 jours au global. Dans la vente de voyages, 63% des postes proposés concernent cinq métiers : conseiller voyages (720 postes), agent de comptoir (349 postes), agent de réservation (315 postes), agent de voyages (263 postes) et agent de vente (217 postes).

THO : Quels types de contrats sont proposés aux demandeurs d’emplois dans le tourisme ?

B.G. : 49,7% des offres sont proposées en emplois durables, c’est à dire en CDI ou en CDD de plus de sept mois et 41,8% en emplois non durables c’est à dire en CDD d’un à six mois ou en intérim de plus d’un mois. Parmi eux, 45% sont des contrats d’une durée de quatre à six mois. Enfin, les contrats de courte durée, c’est à dire de moins d’un mois, ne sont que de 8%. Contrairement à l’image que beaucoup de personnes peuvent avoir, ce secteur ne privilégie pas les contrats courts.

THO : Quels niveaux de formation attendent les entreprises et à quels périodes recrutent-elles ?

B.G. : 39% des offres d’emplois diffusées dans le secteur du tourisme, de l’hôtellerie et de la restauration requièrent un niveau CEP ou BEP, 27% un niveau BAC, 10% un niveau BAC+2, près de 6% un niveau BAC+3 et seulement 2% un niveau BAC+5.

Les pics d’offres d’emplois ont lieu en mars, avril et juin et les mois creux sont novembre et décembre. Enfin, trois régions françaises totalisent à elles seules 38% des offres : Ile-de-France (14,1%), Rhône-Alpes (13,3%) et PACA (11,4%) ce qui est logique puisqu’elles sont aussi les régions les plus touristiques.

TOUR HEBDO – 29/02/2016

 

La présentation du projet de loi Travail reportée au 24 mars

Lundi 29 février 2016

Initialement programmée le 9 mars en conseil des ministres, la présentation du texte est repoussée « pour poursuivre la discussion »…

Face à la menace d’un mouvement social, le gouvernement a décidé de reporter la présentation du projet de loi Travail soutenue par la ministre Myriam El Khomri au 24 mars prochain. Initialement programmé le 9 mars en conseil des ministres, l’éxécutif souhaite «poursuivre la discussion» sur ce texte pourfendu par les syndicats et une partie de la gauche.

Il faut lever un certain nombre d’incompréhensions, il faut expliquer, répondre à toute une série de fausses informations qui sont données sur ce texte. Donc, nous allons nous donner quelques jours supplémentaires avant le passage en conseil des ministres, une quinzaine de jours sans doute, ce qui ne change pas grand-chose par rapport au calendrier parlementaire initial qui était prévu», a déclaré depuis le Salon de l’Agriculture le Premier ministre Manuel Valls. Ce dernier a d’ailleurs nié tout recul : «Le recul, ce serait abandonner le texte».

Une réunion avec les partenaires sociaux

«Je vais recevoir, dans une semaine sans doute, l’ensemble des partenaires sociaux, organisations syndicales et organisations patronales, les unes après les autres», a ajouté le Premier ministre, précisant qu’il s’agirait ensuite de «pouvoir les réunir», avec les ministres Myriam El Khomri (Travail) et Emmanuel Macron (Economie), «pour restituer le débat».

Ce dimanche, le patron de la CFDT, Laurent Berger, avait plaidé pour ce report. Il a demandé au gouvernement de « repartir dans une discussion en tête à tête mais aussi avec tous les acteurs ». « Ce texte est totalement déséquilibré, il laisse trop de place à la flexibilité » et « s’il reste en l’état, la CFDT se mobilisera », a-t-il menacé.

20 MINUTES – 29/02/2016

25 jours après notre emménagement à Boulogne, que peut-on en dire ?

Vendredi 26 février 2016

Personnellement, c’est le bout du monde, et , si je n’ai «perdu» qu’1/2 heure de vie à cause du trajet, ce temps inutile se monte désormais à 3h par jour ; ce qui n’est pas rien du tout.

 

Et si ce temps pouvait être mis à profit pour avancer dans mes lectures (il est vrai que j’ai quelques piles de livres dans ma bibliothèque qui n’attendent que d’être délicieusement et voluptueusement ouverts et dévorés), on pourrait si ce n’est s’en réjouir, au moins s’en accommoder ; mais, que nenni !

 

Hélas, hélas, trois fois hélas, les conditions d’accès à la ligne 9 hors des terminus sont telles qu’il est souvent vain de seulement espérer poser son séant, fut ce sur un strapontin ; et se caler dans un coin respirant, afin de se plonger dans une lecture distractive et évadante, difficilement envisageable.

 

Quand bien même j’ arriverais à m’asseoir, la fatigue me terrasse au bout de 10 lignes et me voilà, groggy, l’œil torve, à regarder défiler les stations moins rapidement que le temps, ou admirer, soulagée mais un peu culpabilisée  ( juste un peu, faut pas exagérer quand même !)  la foule lasse et résignée (selon la place que j’ai dégotée, bien sûr).

 

Ainsi, maints carlsonnien en sont réduits à subir les poussades et autres joyeusetés chères à nos dirigeants parisiens : « prenez les transports en commun », « à bas la voiture » ; et je vois , en fin de semaine, les cernes et autres signes d’extrèmes fatigues se multiplier tristement sur les visages.

 

Loin de moi l’idée d’accuser, de dénoncer quoi ou qui que ce fut, mais il parait que seuls quelques-uns d’entre nous devaient être pénalisés par ce déménagement. Force est de constater que je ne côtoie apparemment QUE ceux-là !

 

Brisons là pour ce qui est des sujets des transports, le sujet serait encore vaste (notamment sur le problème de prise en charge voiture/ transport, qui, personnellement, me concerne, étant donné que je déteste la routine presqu’autant que la bousculade du métro – je désirerais pouvoir alterner voiture (oh la vilaine !) et transports en commun) ; passons aux lieux.

 

L’immeuble est neuf, donc tout beau.

 

On y a fait de gros travaux avant et pour notre arrivée, nous disposons chacun d’un bureau de même taille, ainsi qu’un mini caisson (adeptes du sac à main géant s’abstenir !). Pour ceux qui ont de la chance, dont je fais partie, nous jouissons d’un placard entier dans le ½ meuble de séparations des modules, qui compense la petitesse des caissons…..tout est blanc, immaculé, avec interdiction de boire ou de manger sur ces beaux bureaux(non mais sans blague ?), MAIS on a eu droit à un cadeau de bienvenue, pour une fois, un mug aux couleurs de notre boite donc bon…

 

Et pas de poubelle pour cause de tri sélectif et collectif à mi zone (ce qui fait qu’on stocke mochement sur son bureau les déchets multiples et variés dans l’espoir de penser à les prendre avec nous lors de notre départ….ndlr)

 

Cependant quelques points pèchent encore, et l’on est en droit de se demander pourquoi !

 

-      Pourquoi ne disposons nous toujours pas de la cafétéria attenante au self, promise et salvatrice ?

-      pourquoi les machines à café sises à chaque étage doivent-elles être changées ?

-      pourquoi les cafés (de meilleures qualités, il faut bien l’admettre) sont-ils si chers : 23 centimes (pratique à compter, en plus !) le petit, 44 le grand ?

-      Pourquoi n’y a-t-il pas de patère aux ouatères ?

-      Pourquoi ces modifications de tarif du self sans prévenir ?

 

Le restaurant d’entreprise semble apprécié, en terme de prix (lorsqu’ils ne sont pas augmentés subrepticement) et de qualité, en revanche, lorsque nos colocataires de Boursorama Banque viendront prendre possession, certains anxieux se disent que la place va manquer.

 

La place manquera aussi certainement dans les ascenseurs, dont l’attente risque de devenir encore plus interminable. Il y a bien des escaliers, qui ont été fermés pour quelque temps pour cause de minuterie courte qui a occasionné quelques belles chutes dès la première semaine…… lorsque ce problème de timing sera réglé, nous pourrons donc continuer notre entrainement quotidien – j’ai omis les 10 minutes de marche entre le métro et le lieu-dit – par l’ascension pédestre des 5 à 8 étages qu’il nous restera à parcourir .

 

CWT a oublié de nous dire qu’il nous préparait au triathlon……

 

Alors chers co-locataires du Kinetik, heureux ou malheureux, venez nous faire part de vos remarques, souhaits, coup de gueules, observations…

Dame Béa – 26/02/2016

1...155156157158159...185