Archive de la catégorie ‘Adhérents CFTC de CWT’

Salon mondial du tourisme : 7 rendez-vous à ne pas manquer

Jeudi 17 mars 2016

Le salon ouvre ses portes ce jour Porte de Versailles, au pavillon 4, jusqu’à dimanche. Une sélection de rendez-vous pour les pros.

Le 41e Salon mondial du tourisme ouvre ce jour, jusqu’à dimanche, Porte de Versailles, de 10h à 19h. Voilà les principaux rendez-vous à retenir pour les professionnels :

- Le Kiosque des conseillers pour les beaux voyages. L’initiative est nouvelle cette année. A l’entrée du salon, un ou deux conseillers de tour-opérateurs recevront les candidats au voyage qui disposent d’un budget de plus de 3 000 euros, à raison d’un entretien de 30 minutes. Les clients concernés ont fait l’objet d’un envoi d’e-mail ciblé, en fonction des ventes réalisées les années précédentes.

Le jeudi, les conseillers de Salaün accueilleront les visiteurs qui veulent partir en séjour culturel en Europe. Le vendredi, les Etats-Unis seront à l’honneur avec les conseillers blogueurs de Voyager-aux-etats-unis.com. Le samedi sera le jour du Japon avec la Route du Japon. Le dimanche sera consacré au Canada avec Terre Canada.

- Les réseaux à l’honneur. Comme chaque année, trois réseaux seront présents sur le salon, et accorderont des remises sur les réservations : Carrefour Voyages, Voyages Auchan et Selectour Afat.

Carrefour Voyages réunira 17 fournisseurs partenaires sur un stand de 160 m2, dont Vacances Transat, Look Voyages, Pierre et Vacances, Marmara, Fram, Plein Vent, Costa, MSC, Bedsonline, Asia, Jet tours, et, nouveauté cette année, Royal Air Maroc. 35 collaborateurs du réseau sont mobilisés pour l’occasion.

Le réseau Selectour Afat accueillera six partenaires : Costa, le groupe Australie Tours, Visiteurs, Travelfactory, Kappa Club/Boomerang et Jet tours. Dix agences parisiennes et franciliennes se chargeront de traiter les résas : Tourexcel, Sextant Voyages, le Chesnay Voyages, Voyages Lov’94, Examonde, MZ Voyages, Carol Voyages, Les Voyages de Thybus, Giraux Voyages et Samcea Voyages.

Quant à Auchan Voyages, il regroupera Croisières de France, Msc, Climats du Monde, Top of Travel et Voyamar, le TO maison, depuis que le groupe Marietton a racheté le réseau. Une dizaine de vendeurs traiteront les dossiers.

- La promotion 2016 du Welcome City Lab. L’incubateur spécialisé dans le tourisme urbain annoncera demain matin de 10h15 à 11h45 (salle Océanie 412) sa promotion de jeunes pousses pour l’année.

- Le tourisme durable pour tous. Organisé par les Acteurs du tourisme durable, il présentera les témoignages et échanges de bonnes pratiques avec des acteurs engagés, vendredi de 16h30 à 17h45 (salle Océanie 414).

- Les infos destinations. La Pologne sera présentée jeudi de 11h30 à 13h (salle Océanie 414), la Croatie en mode workshop le jeudi de 14h à 19h (salle Océanie 411), et la Tunisie le vendredi de 14h à 15h30 (salle Océanie 412).

- Un débat sur les destinations de crise. Organisé par la Commission partenaire de l’association des journalistes du tourisme, il parlera de la stratégie de reconquête des pays en crise, vendredi de 17h à 18h30 (salle Océanie 412).

- Les métiers de manager dans le tourisme. La conférence est menée par l’Escaet et la FFTST, à l’attention des étudiants, vendredi de 15h30 à 17h (salle Océanie 412).

TOUR HEBDO – 17/03/2016

Prélèvement à la source de l’impôt: La collecte à la charge de l’employeur

Jeudi 17 mars 2016

Le ministre des Finances Michel Sapin a annoncé mercredi que le prélèvement à la source sera effectué par les employeurs.

IMPOTS Le prélèvement à la source suscite des réticences au niveau du patronat, tandis qu’une majorité de Français y est favorable…

Le prélèvement à la source de l’impôt sur le revenu, qui doit entrer en vigueur le 1er janvier 2018, serait effectué « dans la très grande majorité des cas » par les employeurs a confirmé ce mercredi le ministre des Finances Michel Sapin.

Lors d’une conférence de presse, Michel Sapin s’est voulu pédagogue. Le ministre a ainsi expliqué que le projet de réforme, qui sera soumis au Parlement en juin, propose « que, pour la très grande majorité des contribuables, dont le revenu est principalement constitué de traitements et de salaires, l’impôt soit prélevé par l’employeur ».

Un système simple

« Pour le salarié, ce ne sera qu’une ligne de plus sur la fiche de paie. Il n’aura aucune démarche de paiement de l’impôt à faire, jusqu’à la déclaration de ses revenus », a assuré le ministre, qui s’exprimait en compagnie du secrétaire d’Etat au Budget Christian Eckert.

« Pour l’employeur, dont le coeur de métier n’est pas de collecter des prélèvements obligatoires, même s’il y est déjà habitué avec les cotisations sociales et la CSG, nous veillerons à ce que le système soit aussi, le plus simple possible », a-t-il ajouté.

En vigueur au 1er janvier 2018

Le prélèvement à la source, annoncé par François Hollande à l’été 2015, doit entrer en vigueur au 1er janvier 2018, ce qui implique que les modalités de la réforme soient connues et entérinées au 1er janvier 2017.

En janvier, Michel Sapin s’était déclaré favorable à une collecte par les employeurs, voire par les caisses de retraite ou d’assurance-chômage, plutôt que de confier cette tâche à un intermédiaire comme les banques.

Avec le prélèvement à la source, l’impôt sera collecté au moment du versement du revenu, ce qui implique, pour passer d’un système à l’autre, une année de transition.

Le patronat réticent

Le prélèvement à la source suscite des réticences au niveau du patronat, à l’image du Medef, la principale organisation, pour qui la réforme risque d’« ajouter de la complexité et un stress supplémentaire » pour les entreprises. Son président, Pierre Gattaz, avait déclaré lors d’une interview aux Echos en juin 2015 que le prélèvement était une « très mauvaise idée sur le court terme ».

Les syndicats s’inquiètent quant à eux d’un possible manque de confidentialité, qui permettrait aux employeurs d’avoir accès aux données patrimoniales de leurs salariés.

Selon Bercy, l’employeur « ne connaîtra cependant qu’un taux d’imposition », « qui à lui seul ne révélera pas les revenus d’un foyer ». L’administration fiscale, chargée de calculer ce taux et de le transmettre aux entreprises, « restera l’interlocuteur unique du contribuable », a insisté Michel Sapin.

20 MINUTES 6 17/03/2016

Le déficit de la Sécurité sociale se réduit

Jeudi 17 mars 2016

Le déficit de la Sécurité sociale a atteint 10,7 milliards d’euros en 2015, soit une amélioration de 2,4 milliards d’euros par rapport à 2014, selon les chiffres définitifs communiqués mercredi par le gouvernement.

Les ministres des Finances, Michel Sapin, et des Affaires sociales, Marisol Touraine, s’étaient félicités mardi de l’amélioration des comptes de la Sécurité sociale, en l’expliquant notamment par la «maîtrise des dépenses».

Les résultats du régime général (Assurance maladie, accidents du travail, famille, vieillesse) s’avèrent meilleurs qu’attendu avec un déficit de 6,8 milliards d’euros (contre 9 milliards prévus).

«Le régime général enregistre son déficit le plus bas depuis 2002», soulignent dans un communiqué les ministères de l’Économie et de la Santé.

Toutes les branches améliorent leurs comptes par rapport à l’année précédente, y compris l’Assurance maladie qui enregistre un solde négatif de 5,8 milliards, en dépit de l’augmentation des dépenses de santé, alors qu’il était prévu que le déficit se dégrade (-6,5 milliards d’euros en 2014).

«La progression des dépenses d’assurance maladie a ainsi été limitée à 2%, soit le niveau le plus modéré depuis 1998, sans transfert de charges vers les patients et sans renoncer à la démarche d’amélioration de la qualité des soins», insiste le gouvernement.

Le déficit de la branche famille (-1,5 milliard d’euros) a été quasiment divisé par deux par rapport à 2014, notamment grâce à la modulation depuis le 1er juillet des allocations familiales en fonction des revenus, explique le communiqué.

La branche vieillesse s’approche elle de l’équilibre (-300 millions d’euros) sous l’effet des réformes des retraites de 2010 (âge de départ à la retraite passé de 60 à 62 ans) et 2013 (augmentation des cotisations vieillesse), conjugué à la non revalorisation des retraites.

Enfin, la situation des accidents du travail reste stable par rapport à l’année précédente (+ 700 millions d’euros).

Point noir parmi ces résultats, ceux du Fonds de solidarité vieillesse (FSV, qui verse le minimum vieillesse et les cotisations retraites des chômeurs) qui enregistre 3,9 milliards d’euros de déficit. Un chiffre moins bon que prévu et qui se creuse de 400 millions par rapport à 2014.

Avec le FSV, le déficit global de la Sécurité sociale s’établit ainsi à 10,7 milliards d’euros contre 12,8 attendus. En 2014, il était de 13,2 milliards d’euros.

20 MINUTES – 17/03/2016

Le taux de départ en vacances recule de deux points

Mercredi 16 mars 2016

Raffour Interactif a dévoilé ce matin son baromètre annuel des vacances. Nous en publions les grandes conclusions, et l’évolution du taux de départ sur 13 ans.

Une mauvaise nouvelle peut en cacher une bonne, pour les professionnels du voyage : 60% des Français sont partis en séjours d’agrément en 2015*, ce qui représente une diminution de 1,7 point en comparaison avec 2014. Mais, le nombre de personnes qui ont consommé plusieurs types de séjours a augmenté de 4 points l’an passé. Autrement dit, les 19,3 de multi-partants sont une population en croissance, ce qui confirme une hausse des inégalités au regard des voyages loisirs. Telles sont les tendances soulignées par le Baromètre Opodo 2016, réalisé par le cabinet d’études Raffour Interactif.

S’agissant des destinations, 79% de nos compatriotes ont choisi la France l’an passé (contre 77% en 2014), et 35% l’étranger ou les DOM/TOM (contre 37%). Quant à leurs dépenses, elles sont plus que jamais optimisées : « Le budget par foyer diminue de 13% pour le long séjour principal, à 1747 euros », indique Guy Raffour, fondateur du cabinet éponyme.

Le mobile monte à 39% dans les usages

Autre conclusion intéressante de cette étude, encourageante pour les acteurs fortement investis sur Internet : 77% des Français partis ont préparé leurs séjours ou week-ends en ligne (+ 6 points versus 2014), et 49% ont réservé en ligne tout ou partie de leurs séjours (+ 4 points), en payant intégralement en ligne. Un double record. « Ce taux de 49% est d’autant plus significatif qu’une partie des Français effectuent des séjours non marchands en France, en recourant souvent à leur véhicule personnel, ce qui diminue de facto leur réservation de transport », explique Guy Raffour.

Sans surprise, le m-tourisme poursuit son envolée : le taux de préparation ou de réservation sur les smartphones et les tablettes grimpe à 39% en 2015 parmi les Français qui ont plié bagages, contre 32% un an plus tôt. A titre d’exemple, 25% des réservations du groupe Odigeo sont réalisés sur les canaux mobiles incluant les tablettes sur le trimestre octobre-décembre 2015, en France comme sur l’ensemble des marchés.

L’ECHO TOURISTIQUE – 15/03/82016

Loi travail : Trois idées que le gouvernement veut vous faire bien comprendre

Mercredi 16 mars 2016

SOCIAL Manuel Valls, Myriam El Khomri et Michel Sapin ont fait le tour des radios ce mardi matin pour défendre la révision du texte de loi sur le travail…

Après avoir rendu son arbitrage sur la loi travail aux partenaires sociaux lundi après-midi, Manuel Valls s’est rendu dans les studios de RMC ce mardi matin, tandis que Myriam El Khomri faisait de même à Europe 1 et Michel Sapin à France Info. L’objectif de cette manœuvre aux allures de service après-vente : répondre aux interrogations des Français et aux critiques des organisations syndicales à propos du texte revisité.

La révision du texte n’est pas une « reculade »

Ne parlez pas d’échec ou de marche arrière aux membres du gouvernement. Appelé à revenir sur l’arbitrage de l’avant-projet de loi travail sur RMC/BFM TV, Manuel Valls préfère évoquer un « compromis ». « D’un côté, vous avez Jean-Claude Mailly (secrétaire général de FO) qui dit que nous avons cédé au patronat, de l’autre côté la CGPME qui dit que nous avons cédé aux syndicats. Non. Nous avons bâti un compromis. » Un mot qui est revenu à plusieurs reprises dans le discours du Premier ministre, mais aussi dans celui de Myriam El Khomri, présente sur Europe 1 en début de matinée. Sur France Info, Michel Sapin a quant à lui choisi de parler d’équilibre. « Le gouvernement -c’est son rôle- a cherché à avoir un texte équilibré. » Le message est passé.

Le gouvernement ne veut plus tarder

Après avoir pris du retard par rapport au calendrier initialement prévu pour la loi El Khomri, le chef du gouvernement entend accélérer les choses. La nouvelle version du projet de loi est soumise ce mardi au Conseil d’Etat afin que le texte puisse être adopté par le Conseil des ministres le 24 mars. « Ensuite, la commission des Affaires sociales de l’Assemblée nationale se saisira du texte début avril. Et après les vacances parlementaires, le texte sera examiné par l’Assemblée dans l’hémicycle début mai. Le texte devra être adopté définitivement avant l’été », a-t-il déclaré ce matin. Même son de cloche chez la ministre du Travail, qui espère que la loi sera « applicable immédiatement après ». Le gouvernement prendra les décrets d’application « le plus rapidement possible », a-t-elle ajouté.

Le gouvernement veut éviter de recourir au 49.3

« Convaincre » plutôt qu’utiliser « l’arme constitutionnelle du 49.3 », tel est le souhait de Manuel Valls. « J’espère réunir, rassembler une majorité de tous ceux, à gauche d’abord, mais de manière générale, qui veulent la réforme. » Pour Myriam El Khomri, il y aura « un débat parlementaire, légitime et normal, qui vise à enrichir le texte », revenant ainsi sur ses envies de 49.3 en cas de désaccord avec le Parlement, même si rien ne garantit réellement que le gouvernement n’y fera pas appel.

20 MINUTES – 15/03/2016

1...165166167168169...205