Archive de la catégorie ‘Adhérents CFTC de CWT’

La CFTC installe son village à Lille !

Mercredi 25 avril 2018

La CFTC installe son village à Lille, le 5 mai, Place Rihour, de 10h à 18h.

Un village CFTC, ce sont des militants qui répondent aux questions de tous.
Vous souhaitez mieux connaître la CFTC ou vous avez des questions plus précises sur certains sujets ?  vous êtes les bienvenus dans votre village CFTC.

La présence d’experts en droit du travail, sécurité sociale ou logement, seront à votre disposition pour répondre à toutes vos questions dans une ambiance festive et détendue.

Nous comptons sur vous, venez nous rendre visite le 5 mai !

 

LNLM ET VOUS INCITE ET INVITE A ALLER LES VOIR !!!!!!!!!!!! – 25/04/2018

La CFTC de CWT France vous informe : ventes en agences : de belles perfs au premier trimestre

Mercredi 25 avril 2018

Les Entreprises du Voyage  (EdV) ont dévoilé les résultats du premier trimestre de son Baromètre, réalisé en collaboration avec Gestour et Orchestra.  Retour sur l’état des réservations à la veille de l’été.

Un premier  trimestre dans le vert

De janvier à mars, les départs se sont envolés de 5,5% en nombre de passagers, mais de « seulement » 4% en volume, preuve d’une tension toujours importante sur les prix. Si la France (tirée par la montagne) et le long-courrier réalisent des performances correctes (respectivement +2 et +3% en nombre de clients), c’est avant tout le moyen-courrier qui dope l’activité, avec une envolée du nombre de passagers de 13%.

L’état des réservations cumulées au premier trimestre (pour des voyages jusqu’à fin 2018) est encore plus réjouissant, avec une progression de 7% en nombre de passagers. Les destinations moyen-courriers réalisent la meilleure performance (+11%) quand la France progresse de 4% et le long-courrier de 5%. Les grèves de la SNCF et d’Air France en avril pourraient venir enrayer la belle mécanique, même s’il est trop tôt pour le dire. « Pour l’heure, les intentions de voyages pour l’été ne sont pas altérées » commente Jean-Pierre Mas, président d’EdV.

Le retour en force de l’Afrique du nord

La Tunisie signe son grand retour.  Après un excellent hiver (hausse des départs de 86% entre janvier et mars), elle pointe à la quatrième place dans le top 10 des réservations pour les destinations moyens courriers, avec une hausse de 102%. Autres retour en grâce : ceux de la Turquie (+121%) qui pointe  à la 7ème position, et l’Egypte (+180%) qui revient dans le Top 10 , à la 9ème place. A noter aussi les performances du Maroc (+19%) et de Malte (+30%).

Si ce retour à meilleure fortune ne remet pas encore en cause le tiercé vedette des destinations vendues par les agences depuis plusieurs années, il préfigure une évolution du marché à suivre avec attention pour les prochains mois. L’Espagne conserve ainsi sa place de leader, mais voit ses réservations reculer de 3% comparé au premier trimestre 2017. En seconde position, la Grèce ne progresse que de 2% quand l’Italie ferme le trio de tête (+9%). Le Portugal (5ème) s’essouffle lui aussi (+3%).

Patrice Caradec, le patron d’Alpitour France, le rappelait la semaine dernière : seulement 20% de l’été  est vendu. Traditionnellement, le gros des  ventes pour juillet/août –notamment en moyen courrier – s’effectue après les vacances de Pâques, donc maintenant ! Encore faut-il que malgré les grèves, les Français aient envie de se déplacer dans leur agence; et que les longs ponts de Mai ne les distraient pas trop.  Les prochaines semaines seront donc décisives.

Long courrier, pas d’effet Trump !   

Si les Etats-Unis se vendent moins en hiver et n’occupent que la quatrième place au palmarès des départs longs courriers du premier trimestre (-6% de passagers), derrière la République dominicaine, la Thaïlande et Cuba, le pays de l’Oncle Sam retrouve la première place en termes de réservations engrangées à fin mars (avec une hausse du nombre de passagers de 1% comparé à 2017). La remontée de l’euro et la guerre des prix que se livrent les transporteurs sur l’Atlantique nord expliquent sans doute cette performance.

A la seconde place des réservations, la République Dominicaine réalise une belle progression (+17%) quand la Thaïlande (3ème) affiche une chute de 11%. L’île Maurice (+9%) et le Canada (-1%) ferment le top 5 des destinations long-courriers préférées.  A signaler les belles performances de Cuba (+17%), du Mexique (+14%), du Vietnam (+50%) et de la Réunion (+24%) ; quand les Antilles françaises sont à la peine en agences (-6%). Mais il est vrai que de plus en plus de Français se débrouillent par eux-mêmes pour visiter les îles de l’outre-mer.

TOUR HEBDO – 25/04/2018

La CFTC de CWT France vous informe : bilan annuel APST / Les Entreprises du Voyage : l’essentiel à retenir en 5 points

Mercredi 25 avril 2018

L’association et le syndicat ont présenté ce matin leurs résultats et projets dans le cadre de leur assemblée générale annuelle. Voici le résumé de ce qu’il faut savoir.

Un nombre d’adhérents en hausse 

Que cela soit à l’APST ou aux Entreprises du Voyage, le nombre d’adhérents a progressé en 2017 pour atteindre respectivement 3 542 membres et 1 419 membres. Les deux organisations affirment représenter « 80% du poids économique du secteur« .

Jean-Pierre Mas, le président des Entreprises du Voyage se fixe pour objectif « d’atteindre la barre des 1 500 adhérents en 2018« .

Davantage dans le détail, en 2017, Les Entreprises du Voyage ont procédé à 180 adhésions et à 136 radiations. L’APST a, de son côté, fait entrer dans ses rangs 423 entreprises, en a radié 73 alors que 251 ont démissionné, incluant les cessations de paiement.

« Sont notamment revenus des grands groupes comme TUI, Pierre & Vacances et Salaün », précise Alix Philippon, présidente de l’APST.

 

Un résultat financier excédentaire

Pour l’APST, on  est habitués aux bons résultats financiers mais pour les Entreprises du Voyage un peu moins. Cependant, depuis deux ans, le syndicat remonte bien la pente. Après plusieurs années de vache maigre, en 2016, il avait déjà affiché un excédent de 98 571 euros ; en 2017 il a atteint 150 655 euros.

« Nous confirmons notre trajectoire positive grâce à une bonne gestion« , indique Jean-Marc Rozé, secrétaire général du syndicat, qui fera valoir ses droits à la retraite cet été et sera remplacé par Valérie Boned, actuellement secrétaire générale déléguée.

L’APST confirme également sa gestion « en bon père de famille » avec un résultat net de plus de 5,5 M€ si bien que le fonds de garantie a atteint 17,2 M€.

 

Un nombre de sinistres historiquement bas

Avec seulement 28 sinistres l’an dernier, l’APST a enregistré son taux « le plus bas depuis 12 ans » pour un coût de 2,2 millions d’euros, soit un million de moins qu’en 2016. Parmi les sinistres les plus importants : Boiloris, Destination Adrénaline, Soleil du Monde ou encore Grand Tourisme Créole. « Le système généralisé de contrôle porte ses fruits« , note Alix Philippon.

 

Un budget en baisse en 2018

Les Entreprises du Voyage anticipent un budget en repli cette année à cause d’une hausse des  « charges externes » de 160 000 euros. « Nous prévoyons un budget pub de 100 000 euros« , avance Jean-Pierre Mas. Donc à priori un mal pour un bien. Le résultat excédentaire est attendu à 32 700 euros.

 

Des sujets brûlants et des nouveaux projets

L’actualité n’a pas manqué en 2017 pour les deux organismes : signature de l’accord sur le CDD d’usage, transposition de la directive sur les voyages à forfait, surcharge GDS, norme PCI DSS, commerce illégal pour ne citer que les sujets les plus importants du côté des Entreprises du Voyage.

De son côté, l’APST a intensifié sa communication grand public, consolidé son fonds de garanti liquide et exigible pour respecter les demandes des pouvoirs publics sur les normes prudentielles, renforcé sa présence auprès des jeunes entrepreneurs, développé la formation des adhérents …  La mise en place d’un service qualité en 2018 est par ailleurs en réflexion. 22% des adhérents se disent en effet « moyennement satisfaits » des services de l’association …

TOUR HEBDO – 25/04/2018

La CFTC de CWT France vous informe : bientôt des voyages debout dans les low cost ?

Mercredi 25 avril 2018

L’entreprise italienne Aviointeriors a imaginé des sièges pour voyager presque debout. L’avion pourra ainsi transporter davantage de passagers.

D’après Michael O’Leary, le PDG de Ryanair, 40% de ses passagers seraient prêts à voyager plus serrés, si les prix des billets étaient réduits de moitié. Jusqu’où les clients iront-ils pour voyager moins cher ? La société italienne Aviointeriors, propose, elle, une nouvelle série de sièges d’avions qui permettraient de voyager debout, ou presque. Les sièges ressemblent un peu à la selle d’un scooter. Quand les passagers y prennent place, ils règlent la hauteur pour avoir les pieds bien posés sur le plancher et s’attachent grâce à une ceinture de sécurité.

Des bénéfices non négligeables…

Cette position permet de réduire sensiblement la distance entre chaque rangée de sièges. Par exemple, dans un Airbus A320 qui peut transporter 180 passagers, il est possible d’en mettre 34 de plus !

A priori, la mise en place de tels sièges semble incroyable. Mais quand on regarde les bénéfices qu’en tireront les compagnies, il est facile de comprendre l’intérêt de certaines low cost. Elles pourront transporter près de 20% de passagers supplémentaires par avion, réaliser des économies car ces sièges coûteront 50% moins cher que des sièges classiques.

 

Mais c’est surtout au niveau de la consommation carburant que de tels sièges sont intéressants. Deux fois plus légers que des sièges ordinaires, les compagnies seront beaucoup moins chargées en kérosène.

Que pour du court-courrier

« Ces sièges s‘adressent aux compagnies low cost, pour des voyages d’une heure et demi maximum. Et encore, uniquement en Asie et en Europe car aux Etats-Unis la morphologie moyenne des passagers n’est pas compatible avec un espace aussi réduit », a expliqué Ermanno De Vecchi, le PDG de l’entreprise, à BFM Business.

Le responsable pense que ces sièges seront homologués dans un an. Plusieurs compagnies asiatiques auraient déjà fait part de leur intérêt, selon l’entreprise.

L’ECHO TOURISTIQUE – 24/04/2018

La CFTC de CWT France vous informe : Destygo le chatbot version travel et tourisme

Lundi 23 avril 2018

Destygo développe des chatbots avec une spécialisation travel et tourisme. Le point sur les différentes fonctionnalités de cette solution avec Guillaume Laporte, CEO et cofondateur.

Destygo développe des cas d’usages spécifiques pour ses clients en fonction des objectifs qu’ils souhaitent donner à leur Chatbot : informationnel, transactionnel, inspirationnel ou encore serviciel. – DR Destygo

 

TourMaG.com – Quelle solution apportez-vous au monde du digital ?

Guillaume Laporte : Destygo a développé une plateforme et une technologie d’Intelligence Artificielle permettant de créer facilement des agents conversationnels, aussi appelés Chatbots, pour les entreprises du voyage et de la mobilité.

Ces Chatbots permettent de répondre aux questions des voyageurs, disponible 24/7, et dans leurs applications de messageries existantes (FB messenger, SMS, skype, etc).

Destygo développe des cas d’usages spécifiques pour ses clients en fonction des objectifs qu’ils souhaitent donner à leur Chatbot : informationnel, transactionnel, inspirationnel ou encore serviciel.

De nombreux acteurs du tourisme et de la mobilité ont choisi Destygo pour leur projet Chatbot comme les Aéroports de Paris, la RATP, Misterfly, l’application SNCF ou encore Carlson Wagonlit Travel.

 

TourMaG.com – Quelle est votre valeur ajoutée ?

Guillaume Laporte : Destygo se distingue sur 3 points principaux :

- Une solution end-to-end, alliant technologie et accompagnement personnalisé. Nous sommes la seule entreprise du domaine à fournir une technologie end-to-end à nos clients pour qu’ils soient maîtres de leur chatbot tout en les accompagnant sur la construction et l’évolution de celui ci. Ils contrôlent ainsi toute la chaîne de valeur du projet et ont chez Destygo un unique interlocuteur métier qui pilote le projet.

- Une technologie propriétaire qui nous permet d’être en permanence à l’état de l’art de la compréhension de langage. Notre équipe de R&D fait évoluer notre techno et notre plateforme pour que tous nos clients en bénéficient.

- Une spécialisation travel & tourisme, pour mieux comprendre l’utilisateur final et proposer des cas d’usages spécifiques au secteur. Nous connaissons les besoins métier des acteurs du voyage et savons nous intégrer facilement a leurs systèmes SI comme les GDS par exemple pour fournir de l’information contextualisée à leurs voyageurs.

TourMaG.com – Qu’apporte votre solution au monde du tourisme ?

Guillaume Laporte : Les voyageurs sont des clients pressés, parfois stressés : ils veulent des réponses simplement et rapidement.

Le Chatbot permet de répondre instantanément à toutes les questions les plus fréquentes des voyageurs, sans les coûts de service client associés, directement via les canaux de messagerie où ils se trouvent déjà (FB messenger, SMS, sur un site web ou dans une application mobiles)

Nos chatbots permettent ainsi de désengorger le service client, d’améliorer le taux de transformation sur des canaux de ventes web, de générer un vrai dialogue positif entre le voyageur et la marque en lui apportant de l’information en temps réel.

En résumé, les Chatbots permettent aux marques d’être disponible 24/7, dans plusieurs langues, et de façon instantanée pour chacun de leurs voyageurs.

TourMaG – 20/04/2018

123456...205