Archive de la catégorie ‘Adhérents CFTC de CWT’

Quand l’agent de voyages devient community manager

Mercredi 14 juin 2017

Mieux vaut éviter de vouloir mettre un doigt trop rapidement au digital quand une grande majorité de votre chiffre d’affaires peut en dépendre. Si aujourd’hui vous êtes encore bien trop sceptiques à cela, sachez cher créateur de rêve que nous avons quelques astuces à vous prodiguer, et vous n’avez pas besoin d’être un expert de renom pour attirer facilement de nouveaux clients.

Le web to store pour renforcer votre positionnement concurrentiel sur votre zone d’implantation, inspirer, fidéliser et générer du trafic vers votre site internet, générer des leads et des ventes en utilisant de puissants leviers (c) Travel-insight

Ces techniques, elles peuvent produire des résultats qui vous aideront dans le développement commercial de votre agence. Et les résultats : hausse de la fréquentation du site internet, et nouveaux dossiers à la clé !

Quelques chiffres qui pourraient susciter votre intérêt

Selon le barométre Raffour Interactif pour Opodo, 77% des français consultent des sites internet pour préparer leur séjour.
1 Français sur 2 à réservé et payé une partie de son séjour sur internet.

Et les principales raisons :

• Renforcer votre positionnement concurrentiel sur votre zone d’implantation
• Inspirer, fidéliser et générer du trafic vers votre site internet
• Générer des leads et des ventes en utilisant de puissants leviers

 

Apparaissez dans Google My Business

Tout d’abord il faut savoir se faire connaitre sur Google par vos plus proches prospects, et pour cela nous vous donnons rendez-vous immédiatement sur Google My Business.

Vous pourrez alors vous créer une page entreprise qui référencera l’ensemble des informations de votre agence directement dans les résultats de recherche du prospect dont vous rêvez.

Cette page s’affichera en haut à droite avec votre adresse et vous permettra de gagner en visibilité sur des recherches que les utilisateurs pourront faire.

Par exemple, un utilisateur habitant Béziers pourra en effet vous voir dans ses résultats de recherche lorsqu’il rechercha « Agence de voyages » car aujourd’hui Google géolocalise ses utilisateurs et fait remonter les résultats les plus pertinents qui se trouvent à proximité.

 

Facebook est votre allié, et nous ne blaguons pas sur ce sujet !]

Le réseau social peut-vous être d’une grande aide dans la visibilité de votre agence de voyages dans votre zone de chalandise, de plus c’est un excellent moyen de pouvoir fidéliser votre clientèle.

Pour cela rien de compliqué, il suffit d’alimenter régulièrement votre page que vous aurez soigneusement remplie.

Il vous faut également prendre soin de votre photo de couverture qui permettra à n’importe lequel de vos abonnés de voyager instantanément en venant vous consulter.

Pour animer votre page Facebook, il faut privilégier les photos, qu’elles soient les vôtres, ou que vous les ayez récupérées sur des bibliothèques libres de droits.

Il est important que vous gardiez à l’esprit qu’une image vaut mille mots et que mille mots valent une image.

Alors prenez soin de bien sélectionner les images que vous souhaitez publier pour la destination que vous souhaiterez mettre en avant. Vous devez vous-même vous mettre à la place de votre abonné et vous demander si avec cette photo vous auriez envie d’en savoir plus sur la destination.

Une fois que vos photos sont sélectionnées il est temps pour vous de rédiger votre publication. Choisissez le ton que vous souhaitez : Drôle, invitant à la découverte, d’envie aventurière, ou encore culturelle. Par exemple, pour inviter à découvrir la destination du parc naturel de Khao Sok en Thaïlande vous pourriez écrire :

« Saviez-vous que le parc naturel de Khao Sok en Thaïlande possède une faune et une flore des plus diversifiées du monde ? Dans ce parc riche d’une nature vieille de million d’années, vivent en liberté des éléphants, des buffles, des gibbons, et même des tigres ! »

Et surtout pensez à insérer un petit lien vers l’offre que souhaitez mettre en avant.

Afin que visuellement le lien ne soit pas trop long pour votre publication nous vous conseillons de le réduire à l’aide d’un réducteur de lien comme Bit.ly

Il n’y a pas que les jolies photos que vous devez partager, soyez créatifs ! Vous pouvez également penser à faire :

• Des petits jeux concours pour inviter votre audience à remporter des petits lots
• Créer des événements, par exemple lorsque vous souhaitez faire une soirée sur une destination afin d’inviter vos clients et prospects à venir la découvrir
• Faire part d’une annonce importante
• Partager les belles photos et vidéos souvenirs d’un de vos clients qui revient justement d’un super safari photo en Afrique

Voici quelques exemples de publications pour vous inspirer :

La publicité géolocalisée :

Une fois votre publication mise en ligne, vous pourrez la booster au travers du petit bouton qui s’affichera en bas à droite « Booster la publication ».

Ce service vous permettra d’accéder à un outil d’optimisation publicitaire de votre publication afin de gagner en visibilité grâce à une solution proposée par Facebook.

Par exemple vous pourrez demander grâce à ce service de réaliser une audience qui comportera la typologie de personne que vous souhaitez atteindre en commençant par le sexe, la tranche d’âge, puis par son lieu de résidence (c’est ici que tout se joue ! Bien évidemment la personne que vous souhaitez toucher habite dans votre ville) et pour finir par ses gouts (voyage, œnologie, golf, Afrique, Asie …).

Une publicité est une aide précieuse à votre notoriété et votre visibilité, il faut que vous cibliez le plus finement possible la personne que vous souhaitez atteindre.

Posez-vous donc la question suivante : À qui cette expérience s’adresse-t-elle ? Cette question vous permettra ainsi de mieux cibler la typologie de personne que vous souhaitez toucher : L’âge, le sexe, les centres d’intérêts …

Mais où s’affichera la publicité que j’ai réalisé ?

Cette publicité s’affichera sur les interfaces des utilisateurs que vous ciblerez. Par exemple elle s’insérera entre deux publications de ses amis, ou encore sur le côté à droite. Bien évidemment, elle s’affichera aussi sur l’application mobile de Facebook.

 

Parlons peu, parlons bien : Le budget

Tout d’abord fixez-vous une fréquence de publication, nous vous conseillons de ne pas dépasser 3 fois par semaine, les coûts seront ainsi largement abordables pour vous.

Si vous souhaitez essayer, nous vous invitons à booster vos publications à hauteur de 3 euros cela vous permettra le temps d’une journée de pouvoir bénéficier de la visibilité sur un bon millier de personne puis au fur et à mesure que vous vous ferrez la main d’aller jusqu’à 8 euros.

Au final qu’est-ce que cela veut dire ? Cela veut dire que pour commencer votre publicité Web To Store pour votre agence de voyage en utilisant votre page Facebook, vous dépenserez de base 36 euros par mois.

Puis après en allant jusqu’à 8 euros par publication vous serez aux alentours de 96 euros pour toucher jusqu’à 12 000 voire 17 000 personnes dans votre zone de chalandise.

 

Pour donner des ailes à votre agence :

Facebook propose également une mise en avant de votre page afin de vous trouver des utilisateurs qui s’y abonneront afin de suivre votre actualité.

Ce service se nomme « Promouvoir la page » tout comme le service de boost des publications, vous n’aurez qu’a renseigner quelques indications sur votre cible pour que la publicité se lance et que vous commenciez à voir votre compteur d’abonnés décoller !

Nous avons pour habitude de recommander un poste de dépense à hauteur de 10 euros par jour pour ce type de mise en avant. Si vous arrivez à concevoir une jolie mise en avant vous pourrez trouver jusqu’à 80 nouveaux abonnés de votre ville par jour !

TourMaG – 14/06/2017

MeetingPack : Ailleurs Events propose des séminaires All inclusive à l’étranger

Mercredi 14 juin 2017

vols, transferts, hôtels, réunion, motivation, restauration, accompagnateur…

L’agence événementielle du groupe Marietton Développement, AIlleurs Events, propose une nouvelle offre, MeetingPack, pour l’organisation de séminaires tout inclus à l’étranger.

Avec le MeetingPack, Ailleurs Events lance une offre de séminaire à l’étranger tout inclus.

L’agence événementielle de Marietton Développement y propose les vols aller et retour au départ de la France, les transferts, les hôtels, des solutions de réunion en salle équipée, de restauration, d’activité team-building, les frais d’agence et l’assistance rapatriement ainsi qu’un accompagnateur.

Trois formules sont d’ores et déjà disponibles pour Lisbonne (Portugal), Prague (République Tchèque) et Barcelone (Espagne). Mais la gamme sera « développée dans les semaines qui viennent« , assure Ailleurs Events dans un communiqué.

L’agence s’appuie sur d’importants stocks aériens et hôteliers dont elle profite grâce à son appartenance au groupe Marietton Développement. Ce qui lui permet d’obtenir de bons prix et de garantir les disponibilités.

Les clients profitent, quant à eux, d’un gain de temps et diminuent leurs coûts.

TourMaG – 12/06/2017

Franchises Havas Voyages : « Nous souhaitons harmoniser le réseau »

Mardi 13 juin 2017

L’interview d’Arnaud Abitbol, directeur des franchises et partenariats d’Havas Voyages

Arnaud Abitbol, directeur des franchises et partenariats d’Havas Voyages, souhaite faire prendre un nouveau virage aux franchisés de la marque. Déploiement des outils technologiques et du nouveau concept d’agences, Havas Voyages souhaite harmoniser son réseau et l’étendre notamment en Ile-de-France, Normandie et dans le Sud-Ouest de la France.

La convention des franchisés Havas Voyages, qui se sont réunis à Abu Dhabi – DR

TourMaG.com – La convention des franchisés Havas Voyages s’est déroulée à Abu Dhabi entre le 18 et le 21 mai 2017. Quelles ont été les lignes directrices de ce séminaire ?

Arnaud Abitbol : Je vais revenir en quelques mots sur mon parcours. Je viens du secteur de la finance de marché, et j’ai rejoint Havas Voyages en février 2016, il y a un peu plus d’un an. Evidemment, je ne suis pas étranger au secteur du tourisme. J’y suis tombé dedans avec mes parents qui ont fondé le groupe Marietton.

Lorsque je suis arrivé, j’ai constaté que les franchisés forment un ensemble assez hétérogène. Une de mes lignes directrices est de rendre ce groupe plus homogène et, à terme, qu’à l’intérieur du réseau, nous ne voyons plus de différence entre les agences intégrées, mandataires ou franchisées.

TourMaG.com – Les franchises sont dirigées par des entrepreneurs indépendants. Est-ce que cela ne sera pas compliqué ?

Arnaud Abitbol : Je n’impose rien, je propose des solutions qui marchent chez nous. Dans le tourisme, on est moins exigeant que dans d’autres secteurs, il y a un mélange des genres complets entre producteurs, distributeurs… cela paraît assez particulier lorsqu’on vient d’autres horizons.

C’est comme si un franchisé McDo ne voulait pas vendre de « Filet o’fish » (hamburger au poisson, ndlr)… Notre objectif est d’harmoniser.

TourMaG.com – Pourriez-vous exclure certains franchisés, s’ils ne suivent pas ?

Arnaud Abitbol : Je ne m’interdis rien du tout, si vraiment j’ai une mauvaise graine qui nuit à la marque…

TourMaG.com – Concrètement, que leur demandez-vous et qu’allez-vous leur apporter ?

Arnaud Abitbol : Tout d’abord, au niveau technologique, nous souhaitons leur amener nos outils Itinérêve, l’outil de co-construction sur le loisir, Havas Voyages Connect, notre outil de self booking tool pour le voyage d’affaires et notre appli Travel Assistant qui recense tous les documents voyages et permet de faire des propositions de transferts, restaurants, entrées de musées, concerts.

Pour ce faire, nous nous sommes attachés les services d’une société qui va auditer les systèmes de nos franchisés. Nous savons déjà que 80% de nos franchisés utilisent Gestour en mid-office et qu’il sera facile de mettre à disposition ces outils.

A la marge pour les agences non IATA notamment il faudra trouver un moyen d’adapter les systèmes.

 

Arnaud Abitbol, directeur des franchises et partenariats d’Havas Voyages – DR

TourMaG.com – Qu’en est-il du nouveau concept pour les franchisés ?

Arnaud Abitbol : La convention a été l’occasion de présenter les résultats sur les points de ventes qui sont passés au nouveau concept. Ils sont plus qu’encourageants : le nombre de dossiers a augmenté de +3,90%, le volume d’affaires de 11,58% et le panier moyen a grimpé de 27,6%.

Nous touchons également une clientèle que nous avions perdu : la tranche 30 – 49 ans. Les franchisés ne s’attendaient pas à cela. Deux ou trois franchisés se sont déjà manifestés et ont pris des rendez-vous. Ce sont des agences qui fonctionnent bien.

Pour les franchisés, nous mettons à disposition toute l’expertise : une personne s’occupe du plan des travaux et établit les devis. Le montant des travaux, mobilier compris est en-dessous de 1 000€ par m².

Il existe également une version light, moins coûteuse pour ceux qui voudraient déjà faire un premier pas dans le concept.

20% de nos mandataires se sont déjà lancés dans le nouveau concept.

TourMaG.com – Quel est le poids des franchisés ?

Arnaud Abitbol : Nous comptons à ce jour 43 entités juridiques et 119 agences sur 6 territoires : France métropolitaine, Guyane, Nouvelle-Calédonie, Guadeloupe, Martinique, La Réunion. Le volume d’affaires généré par les franchisés atteint 180 M€.

A fin mai 2017, celui-ci est en hausse de 8% par rapport à 2016. A côté des franchisés, nous comptons également 19 mandataires.

 

TourMaG.com – Quel est le profil de ces franchisés ?

Arnaud Abitbol : Ils ont un profil opposé à nos agences intégrées. Nos points de ventes intégrés réalisent 65% du volume sur du business travel et 35% sur le loisir, tandis que les franchisés, c’est l’inverse : ils font 65% sur le loisir et 35% sur le voyage d’affaires.

Lors de la convention, nous les avons invités à s’intéresser aux voyages d’affaires. C’est l’un de nos savoir-faire, nous avons une forte notoriété sur ce segment. 40% de nos nouveaux clients affaires, ce sont les chefs d’agences qui les signent, et ce sont souvent des PME.

Rien ne les empêche de répondre à des appels d’offres, nous sommes là pour les aider. 89% des PME qui voyagent sont désintermédiées, le gâteau est énorme.

TourMaG.com – Sur quel rythme souhaitez-vous développer le réseau de franchises ?

Arnaud Abitbol : J’ai deux missions : d’une part, maintenir le réseau actuel et, d’autre part, le développer. Pour ce faire, nous cherchons à nouer des partenariats avec des mini-réseaux. Nous misons sur des partenariats solides et à long terme.

Mais cela n’est pas évident, je constate une inertie très forte. Il est compliqué pour les patrons de mini-réseaux de franchir le Rubicon. Nous ciblons les zones dans lesquelles nous sommes sous-représentés à savoir l’Ile de France, la Normandie et le Sud-Ouest.

Notre objectif est d’atteindre 250 M€ de volume d’affaires avec les franchisés.

Nous ne manquons pas d’arguments. Nous avons une vraie stratégie omnicanale, un plan marketing ambitieux – nous avons investi 5,2 M€ sur notre marque – nous pouvons compter sur le GIE avec Selectour, et enfin nous sommes une marque de distribution indépendante.

TourMaG.com – Il y a Voyamar toute de même au sein du groupe Marietton…

Arnaud Abitbol : Oui c’est vrai, mais Voyamar n’a pas vocation à représenter plus de 5 à 10% du volume. Pour moi, il y a deux modèles qui peuvent exister : celui très intégré à la TUI, et celui de distributeurs indépendants qui commercialisent des fournisseurs.

TourMaG – 13/06/2017

 

Transport : le 1er juillet, le RER pourrait disparaître

Mardi 13 juin 2017

TRANSPORT Désormais, vous ne prendrez plus le RER mais le « train » A, B, C, D ou E, selon la lettre du Cheminot…

A partir du 1er juillet, vous ne courrez plus pour attraper votre RER. Rassurez-vous, vous continuerez à cavaler. Mais pour avoir votre « train ». Selon des informations parues samedi sur le blog spécialisé La lettre du Cheminotet relayée par Les Echos, l’appellation « RER » – « réseau express régional » – pourrait disparaître cet été au profit du mot « train ».

D’après le site spécialisé, ce changement fait suite à une série d’études réalisées par le Syndicat des transports d’Ile-de-France (Stif) qui indiquent que les dénominations actuelles ne sont pas claires. Pour les usagers, le distinguo entre le RER et les trains de banlieue (Transilien) serait particulièrement peu compréhensible. Objectif de ce changement sémantique : limiter le nombre d’appellation pour les transports en commun à quatre termes, train, métro, bus et tram, correspondant au mode de transport.

Toujours afin de faciliter la compréhension, les termes retenus pourraient être inscrits en toutes lettres. Fini donc le logo du métro – un « M » inscrit dans un cercle – et l’appellation « RER » lancée en 1977 qui la démarque de la SNCF. Selon Les Echos, l’exploitant des lignes A et B ainsi que du métro serait réticent à cette évolution.

20 MINUTES – 13/06/2017

Code du travail : l’entreprise pourrait déroger aux domaines réservés de la branche (CFTC)

Mardi 13 juin 2017

Les ordonnances réformant le code du travail pourraient permettre aux entreprises, « dans des cas spécifiques » et selon des modalités « encore vagues », de déroger aux domaines aujourd’hui réservés à la négociation de branche, a indiqué la CFTC lundi après une réunion au ministère du Travail. Actuellement, six domaines sont dans le pré carré de la branche professionnelle: les salaires minimums, les classifications, la protection sociale complémentaire, la formation, la pénibilité et l’égalité professionnelle hommes-femmes.

« J’ai cru déceler que ces six domaines réservés ne seraient pas remis en question », a déclaré à l’AFP Philippe Louis, président de la CFTC, après avoir été reçu par Antoine Foucher et Claire Scotton, respectivement directeur de cabinet et directrice de cabinet adjointe de la ministre du Travail Muriel Pénicaud. Toutefois, selon lui, le gouvernement plancherait sur « un dispositif » donnant « la possibilité à l’entreprise de déroger dans certains cas vraiment spécifiques ». Le cabinet de Mme Pénicaud ne lui a « pas donné d’exemples », mais il s’agirait de « cas spécifiques qui tiennent compte des contraintes des entreprises et des salariés », croit savoir M. Louis. Cela passerait par un « accord majoritaire », signé par des syndicats représentant plus de 50% des salariés, « voire peut-être au-delà », a-t-il précisé, tout en notant que les modalités étaient « encore vagues ».

Selon Philippe Louis, le gouvernement envisagerait un dispositif similaire pour déroger, « dans des cas bien spécifiques et avec une majorité spécifique », à « l’ordre public conventionnel de branche », instauré par la loi El Khomri. Cette loi charge les partenaires sociaux, dans chaque branche, de définir les thèmes sur lesquels la convention de branche prime, sans toutefois pouvoir toucher aux thèmes pour lesquels la loi prévoit la primauté de l’accord d’entreprise. La CFTC a ouvert le bal d’une nouvelle phase de concertation qui doit courir jusqu’au 21 juillet. Chaque organisation syndicale et patronale sera reçue six fois sur la période. Pour l’instant, les rencontres ne concernent que « le texte de la loi d’habilitation (à légiférer par ordonnances), pas encore le détail des ordonnances », selon M. Louis. « Quand on rentrera dans le détail, ça sera peut-être un peu plus difficile », a-t-il ajouté.

LE FIGARO – 12/06/2017

1...34567...160