Archive de la catégorie ‘Adhérents CFTC de CWT’

La CFTC de CWT France vous informe : Carlson Wagonlit Travel les négociations du PSE au point mort

Lundi 23 avril 2018

Alors qu’elle met en place son septième plan de sauvegarde de l’emploi (PSE) depuis la vente par le groupe AccorHotels, la direction de Carlson Wagonlit Travel (CWT) fait face aux mécontentement des syndicats.

On vous en parlait au début du mois, après l’échec des négociations concernant la rupture conventionnelle collective proposée par la direction, Carlson Wagonlit Travel s’oriente en France, vers un plan de sauvegarde de l’emploi (PSE).

Mais selon la CFTC, les négociations sur le PSE « sont au point mort ». Pour le syndicat, le principal point d’achoppement concerne le montant d’indemnisation pour les départs contraints (6 000 euros). Notre condition sine qua non pour continuer à négocier, « c’est que l’indemnisation des départs contraints soit égale à celle des départs volontaires (entre 15 000 et 20 000 selon les postes et l’ancienneté) », explique une source syndicale.

Des départs chez les agents de voyages

Le syndicat demande également le lancement d’un moratoire pour le PSE, « afin que celui-ci ne rentre pas en application le 1er septembre mais 2 ou 3 mois plus tard ». Les salariés auraient ainsi plus de temps pour constituer leur dossier pour les départs volontaires, ce qui limiterait également le nombre de départ contraint.

Rappelons que les 76 postes visés par le PSE sont ceux « de la production, comme les agents de comptoir et les agents de voyage ». En 2005, Carlson Wagonlit Travel employait 2 500 personnes. Cette année, l’entreprise ne compte plus que 1 000 employés.

Une troisième réunion doit se tenir pour négocier sur le PSE, incessamment. La délégation SNEPAT-FO a décidé, elle aussi, de ne pas signer le nouveau PSE car il « n’est qu’un énième épisode de la transition numérique. Bien d’autres emplois seront menacés dans un futur proche ».

L’ECHO TOURISTIQUE – 23/04/2018

 

 

La CFTC de CWT France vous informe : nouvelle loi tourisme : attention, c’est demain !

Lundi 23 avril 2018

Dès le 1er juillet 2018, tous les contrats signés entre une agence de voyages et un client rentreront dans le champ d’application de la nouvelle loi « tourisme » issue de la transposition d’une directive européenne. Elle renforce de manière significative les droits du consommateur tout en conservant la « responsabilité de plein droit », une spécificité française. Les agences vont devoir apprendre à vivre avec cette nouvelle donne juridique.

Usine à gaz

A l’occasion de la convention des Entreprises du Voyage Ile-de-France, qui s’est déroulé fin mars en Ouzbékistan, Jean-Pierre Mas, président des EDV, a apporté son éclairage sur la directive des voyages à forfait : « Il y a du changement et cela nous bouscule, l’immobilisme est mortifère ». Néanmoins, il n’a pas digéré que le législateur français n’ait pas écarté la « responsabilité de plein droit » au profit de la « garantie de la bonne exécution des prestations » comme cela est écrit dans la directive européenne. Les Entreprises du Voyage – avec l’APST et le Seto – ont donc fait un recours devant le Conseil d’Etat pour « excès de pouvoir ». Alors, certes, comme le précise Valérie Boned, cette responsabilité de plein droit permet de valoriser le rôle de l’agent de voyages. Le syndicat ne manque d’ailleurs pas de communiquer pendant les grèves sur les avantages que peuvent tirer un client de passer par un professionnel (ci-contre). Il n’empêche : l’organisme se serait bien passé de cette exception française qui entraine « des augmentations des primes de RCP » et un « manque de compétitivité par rapport aux pays limitrophes ». Surtout, précise Valérie Boned, cette « responsabilité de plein droit » influence les juges de première instance.

C’est d’autant plus préoccupant qu’avec cette nouvelle directive, précise Valérie Boned, « on monte d’un cran dans la protection du consommateur ». En Ouzbékistan, la secrétaire générale adjoint des Entreprises du Voyage, a fait un panorama exhaustif des changements qui attendent les professionnels du tourisme. Tous les agents de voyages n’ont pas encore pris conscience des changements à venir, « c’est au pied du mur… qu’on voit le mur » s’amuse Jean-Marc Rozé, secrétaire général des Entreprises du Voyage. Chez TUI, on explique : « C’est usine à gaz, nous en train de travailler avec le Seto. Il faut qu’on refasse les contrats, on y travaille ». Citons les principaux changements liés à transposition de la directive : en cas de « circonstances exceptionnelles et inévitables » à destination ou à proximité immédiate, le voyageur peut annuler sans frais. Après le départ, si le retour est « impossible », le professionnel du tourisme devra prendre « en charge trois nuitées ». La révision du prix « sera impossible dans les vingt jours précédant le départ » et la « cession du voyage pourra se faire jusqu’à sept jours avant le départ ». En cas d’impossibilité de « fournir une part importante des prestations », l’organisateur doit en proposer d’autres sans supplément de prix même si elles sont supérieures. Si elles sont inférieures, le tarif devra être diminué. Si les choses sont bien faites, le voyageur ne peut refuser ces modifications. Important, aussi, le délai d’annulation pour un nombre insuffisant de participants : c’est 20 jours avant le départ pour un voyage de six jours et plus, sept jours avant le départ pour un voyage de 2 à 6 jours et 48 heures avant le départ pour un voyage de 2 jours maximum.

Un secteur qui attire

Malgré ces changements, Valérie Boned est optimiste et rappelle que « le niveau de protection de consommateur fonctionne bien » grâce, en partie, à la Médiation tourisme et voyage (MTV).

De nouvelles contraintes qui ne rendent pas le secteur moins attractif. Jean-Pierre Mas précise que le nombre d’immatriculés reste toujours stable, autour de 4000. Mais, chaque année, « 20% d’entre eux disparaissent et 20% apparaissent ». En effet, à l’occasion de la dernière convention des Entreprises Ile-de-France, on a pu constater que la profession attirait toujours de nouveaux entrepreneurs nullement effrayés par les nouvelles donnes juridiques et prêts à abandonner des postes confortables de salariés pour vivre de leur passion du voyage.

Avoir des devoirs vis-à-vis du consommateur peut aussi être une formidable opportunité. En cette période de grève, les Entreprises du Voyage ont pris l’initiative de communiquer auprès du grand public à travers plusieurs insertions dans différents titres de la presse grand public :le JDD (parution le 25 mars dernier et le 8 avril), Le Figaro et les Echos (parution le 4 avril prochain). EDV entend ainsi valoriser le rôle de l’agent de voyage auprès des clients, en faisant ressortir tous les bénéfices à passer par un professionnel pour l’organisation de déplacements professionnels ou privés, particulièrement en période de conflit sociaux. Le message est le suivant : « En confiant l’organisation de vos déplacements personnels et professionnels à un agent de voyages, vous disposez d’un interlocuteur expert qui anticipe, s’efforce d’assurer votre voyage en changeant de transporteur, d’itinéraire, voire de mode de transport … en période de conflit social, comme toute l’année, vous n’êtes pas seul. Votre agent de voyages vous assiste ».

LE QUOTIDIEN DU TOURISME – 23/04/2018

La CFTC de CWT France vous informe : agences de voyages : hausse de 1% des salaires minima au 1er avril

Lundi 23 avril 2018

Le 1er groupe passe (enfin) au dessus du SMIC

Les Entreprises du Voyage ont annoncé que les salaires minima seront en hausse de 1% à partir du 1er avril 2018 pour l’ensemble des groupes. Le 1er groupe bénéficie d’une hausse de 1,53 % pour passer légèrement au dessus du SMIC.

Les hausses, à compter du 1er avril 2018, sont de 1 % sur l’ensemble des groupes

Les Entreprises du Voyages (EDV) ont mené les négociations annuelles avec les partenaires sociaux sur les salaires minima de la branche.

Cette année, trois accords ont abouti pour les sédentaires à savoir les agents de voyages, les guides accompagnateurs 1ère et 2ème catégories et les guides interprètes de la région parisienne.

Les hausses, à compter du 1er avril 2018, sont de 1 % sur l’ensemble des groupes. Un communiqué de presses des EDV souligne qu’un « effort particulier a été porté sur le 1er groupe d’entrée, revalorisé de 1,53 % afin de dépasser le niveau du SMIC.« 

Le SMIC brut 2018 mensuel s’établit à 1 498,47€.

A noter que c’est la 1ère année, pour la partie patronale que le SETO siège aux côtés des EDV.

Jean-Pierre MAS, Président des EdV atenu à souligner « l’importance du dialogue social qui par la signature d’accords permet de constater le dynamisme de la Branche face aux enjeux à venir dans le contexte du rapprochement des Branches initié par les Pouvoirs Publics. »

TourMaG – 23/04/2018

 

LNLM – LA CFTC A SIGNE L’ACCORD DE BRANCHES DES NAO

 

 

La CFTC de CWT France vous informe : RSE : CWT reçoit la mention Gold d’EcoVadis

Mardi 17 avril 2018

Carlson Wagonlit Travel (CWT) a annoncé que ses pratiques en matière de RSE/Développement Durable avaient reçu pour la deuxième année consécutive la mention « Gold » d’EcoVadis.

EcoVadis utilise une méthodologie qui évalue les entreprises selon 21 critères de RSE regroupés autour de quatre thématiques : environnement, droit du travail, pratiques commerciales équitables et approvisionnement durable. Les performances de CWT dans chacun de ces quatre domaines ont été évaluées au travers de ses politiques, actions et résultats.

TourMaG – 17/04/2018

La CFTC de CWT France vous informe : baromètre e-tourisme : Thomas Cook arrive en tête

Mardi 17 avril 2018

Chaque mois, VRDCI, agence web spécialisée dans le référencement naturel, dévoile son top 20 des agences de voyages les plus performantes en termes d’acquisition de prospects en référencement naturel via Google. Ce mois-ci, c’est Thomas Cook qui prend la 1ere place. 

L’inbound marketing est un enjeu majeur dans le secteur du tourisme. Avoir une bonne visibilité, sur ses services, dans les résultats naturels de Google est donc stratégique et … rentable. Ce baromètre digital a pour objectif de mettre en évidence les agences les plus performantes en terme d’acquisition de prospects sur l’Internet.

 

Les agences de voyages se contentent souvent d’analyser seulement les visites de leurs sites web en terme quantitatif négligeant la partie qualitative.
En effet, une entreprise peut recevoir plus de 100 000 visites par mois et n’avoir pourtant reçue aucune visite de prospects. Ces visites étant simplement des recherches sur Google du nom de l’entreprise.

 

De plus, les entreprises ne sont plus en mesure d’analyser ce trafic naturel entrant de Google sur leur site web (dissocier le trafic d’acquisition de prospects de celui de la marque) depuis que Google a mis en place le NOT-PROVIDED sous couvert de NSA pour la protection de la vie privée (idem sur Google Adwords).
Il en résulte que les entreprises sont maintenant incapables d’apprécier réellement la performance de leur marketing digital sur Google.

Mesurer le potentiel d’acquisition de prospects

Ce baromètre permet de connaître le potentiel d’acquisition de prospects des entreprises et des concurrents pour la thématique de l’agence de voyage en France.

 

Ce dernier consiste à analyser les expressions liées à la recherche d’une agence de voyage en France et d’analyser tous les résultats de la première page naturelle de Google en appliquant un taux de clics pondéré (Click Throw Rate) en fonction de la position des résultats. Le tableau de compose : du nombre de visites estimées mensuelles, du nombre de visites maximum possibles mensuelles et du taux de pénétration du marché mensuel.

Voici le top 20 du mois :

 

1 www.thomascook.fr 43941 75885 57,90%
2 www.pagesjaunes.fr 20417 75885 26,91%
3 www.promovacances.com 13615 75885 17,94%
4 www.leclercvoyages.com 12848 75885 16,93%
5 agences.havas-voyages.fr 12828 75885 16,90%
6 www.look-voyages.fr 4507 75885 5,94%
7 www.fr.lastminute.com 4032 75885 5,31%
8 www.selectour.com 3804 75885 5,01%
9 www.lavoixdunord.fr 3287 75885 4,33%
10 www.havas-voyages.fr 2936 75885 3,87%
11 www.voyageursdumonde.fr 2850 75885 3,76%
12 www.tui.fr 2804 75885 3,70%
13 www.fram.fr 1645 75885 2,17%
14 agence.thomascook.fr 1556 75885 2,05%
15 www.orientation.com 816 75885 1,08%
16 agences.look-voyages.fr 780 75885 1,03%
17 fr.mappy.com 690 75885 0,91%
18 agence.clubmed.fr 525 75885 0,69%
19 voyages.carrefour.fr 431 75885 0,57%
20 www.salaun-holidays.com 406 75885 0,54%

 

En analysant le tableau de positionnement du mois d’avril (13 avril 2018), on peut constater que Thomas Cook est le plus performant avec part de marché d’acquisition de prospects de 57,69%. Cette première position est un atout très important pour Thomas Cook.

 

Le classement en 2ème position des pages jaunes pourrait étonner mais le résultat est normal car c’est un site web de référence qui classe les agences de voyages nationales.

 

Certains acteurs majeurs de l’agence de voyage se retrouvent relayés dans les profondeurs du classement (part de marché <5%) qui n’est pas en phase avec leur renommées, ces derniers doivent réagir et travailler sur leur visibilité naturelle.

LE QUOTIDIEN DU TOURISME – 17/04/2018

1...34567...205