Archive de la catégorie ‘CWT Meetings & Events’

Paris, première destination mondiale pour les congrès internationaux en 2016

Mercredi 10 mai 2017

Dernier rapport de l’International convention and congress association

L’International convention and congress association publie son dernier rapport qui classe Paris à la première place des destinations mondiales pour l’organisation de congrès internationaux.

 Paris a été la première destination mondiale pour les congrès internationaux en 2016, selon le dernier rapport de l’International convention and congress association (ICCA).

196 rendez-vous ont été organisés par des associations internationales dans la capitale au cours de l’année. Cela permet à Paris de devancer Vienne (Autriche), Barcelone (Espagne), Berlin (Allemagne) et Londres (Royaume-Uni).

Parmi eux, 176 congrès et salons ont été organisés par Viparis, dont 18 internationaux, selon les critères de l’ICCA.

En 2017, « le temps fort sera le lancement du Paris Convention Centre, qui permettra à Paris d’accueillir dès 2018 et dans les meilleures conditions, les plus grands congrès internationaux« , explique Marta Gomes, directrice commercialz congrès de Viparis.

TourMaG – 10/05/2017

Taxe, sécurité, pouvoir d’achat : les propositions d’Emmanuel Macron

Mardi 9 mai 2017

Au surlendemain de l’élection d’Emmanuel Macron comme Président, retrouvez les points forts de son programme concernant le tourisme.

Le tourisme, secteur prioritaire ? Les prochaines semaines permettront aux pros du tourisme de se forger leur propre opinion. En attendant, au lendemain du second tour, nous vous proposons de (re)découvrir les grandes lignes du programme du nouveau Président de la République. Et ce, par le prisme du tourisme, grâce à une interview exclusive réalisée avec Germain Lelarge, un des représentants d’En Marche.

Un délégué interministériel

S’agissant de la représentation du tourisme au sein du gouvernement, Emmanuel Macron souhaite « un interlocuteur fort, un délégué interministériel sous la tutelle du premier ministre, qui aurait une vue transversale et des compétences importantes ». Courroie de transmission entre les ministères concernés, il serait plutôt  « issu du secteur privé ».

Pour développer le tourisme français à l’étranger, l’ancien ministre réfléchit à créer une taxe de quelques centimes d’euros sur les billets d’entrée, qui s’appliquerait aux musées, parcs d’attractions, remontées mécaniques, etc. Elle permettrait de lever 40 à 60 millions d’euros afin de financer Atout France et ses actions de promotion à l’étranger. « En France, on dépense 80 centimes pour la promotion du pays. En Espagne 1,5 euro », assure Germain Lelarge, fondateur de La France du Nord au Sud, entreprise cédée à Pierre & Vacances.

Priorité au pouvoir d’achat

Et pour aider les Français à voyager, Emmanuel Macron insiste sur l’amélioration du pouvoir d’achat. En supprimant la taxe d’habitation, par exemple, mais aussi les cotisations maladie et chômage à la charge des salariés. « Il veut également réformer les chèques vacances, que les agents de la fonction publique y aient accès de manière plus simple. Que cela puisse également être ouvert plus largement aux PME et aux TPE ».

Pourquoi ne pas envisager même la création d’un chèque vacances européen ?, interroge Germain Lelarge. « Une réforme de l’ANCV pourrait multiplier par deux la distribution de chèques vacances ».

Cinq ans pour se mettre aux normes

Autre grande proposition, la création d’un moratoire des normes pour la transmission des établissements touristiques, un sujet sensible, notamment pour tous les entrepreneurs qui partent à la retraite. « On donnerait 5 ans au repreneur pour se mettre en conformité avec les différentes règles.

Plus globalement, les entrepreneurs indépendants bénéficieront d’un droit à l’erreur (déclarations d’impôt, Urssaf…), et auront droit aux allocations chômage, des mesures destinées à favoriser l’entreprenariat.

Enfin concernant la sécurité, que ce soit dans les rues de Paris ou dans les aéroports, « Emmanuel Macron souhaite recruter 10 000 policiers qui contribueront à la sécurité des touristes « .

Une harmonisation européenne

Emmanuel Macron est pour une Europe forte, il l’a rappelé mercredi 3 mai, lors du débat télévisé l’opposant à Marine Le Pen. Mais pour lui, il faut faire bouger l’Europe. Il est indispensable d’ »harmoniser, quitte à faire un groupe de tête » afin de faire avancer les choses.

Il faudra également, selon lui, être vigilant « sur la réforme de la TVA au niveau européen ».

L’ECHO TOURISTIQUE – 09/05/2017

Tourisme d’affaires : la France retrouve sa place

Samedi 6 mai 2017

Selon une enquête réalisée par le courtier aérien auprès des agences françaises de tourisme d’affaires, l’Hexagone redevient le pays plus attractif, devant l’Espagne et le Portugal.

 

La France, pays le plus attractif pour les MICE.

La France retrouve des couleurs auprès des spécialistes du tourisme d’affaires selon l’étude annuelle du coutier aérien Pro Sky, réalisée auprès de 75 agences MICE françaises. A la question « Quels seront les pays européens les plus attractifs au cours de l’année 2017″ (réponses multiples), 63% répondent la France, contre 60% pour l’Espagne. L’an dernier, c’est notre voisin ibérique qui trustait la tête du palmarès, devant le Portugal (qui rétrograde à la troisième place) et la France.  A noter que la sécurité est désormais le troisième élément dans le choix d’une destination selon les agences, derrière l’accessibilité et le budget.

Le Royaume-uni et l’Italie progressent aussi

Concernant les évolutions les plus marquantes de cette édition, on note la belle progression de l’Italie, aujourd’hui 4ème du classement (+18%) ainsi que du Royaume-Uni (5ème, avec 32% de votes favorables) qui bénéficie certainement d’un meilleur rapport qualité/prix du fait de la baisse de la livre sterling. Plusieurs pays font par ailleurs leur entrée dans le classement, comme la Hongrie, la Pologne ou la Russie. A l’inverse, on constate une baisse sensible pour la Turquie, qui ne recueille plus que 4% de votes (contre 8% l’an dernier). La Grèce et la Croatie s’affichent également en léger recul.

L’étude réalise ensuite un focus sur les villes, avec là encore un retour en grâce de la France. Alors que Paris enregistrait la plus grosse dégringolade en 2016 (-22 points), elle revient sous son plus beau jour avec désormais 53% de votes favorables, en tête du classement. Barcelone (51%) et Lisbonne (47%) complètent le podium. Les villes de Rome et Londres se hissent ex-aequo à la quatrième place, avec 32% de suffrages. Egalement pénalisée par les attentats en 2016, Bruxelles regagne elle aussi des points et obtient 16% de suffrages (+9 points/2016). Enfin, Prosky France s’attache à étudier les évolutions à plus long terme. Parmi les destinations émergentes, le courtier aérien pointe la Colombie, le Mexique, la Birmanie et la Corée du Sud pour les longs courriers ; la Hongrie, le Monténégro ou encore l’Islande pour les pays plus proches.

TOUR HEBDO – 05/05/2017

Tarifs des médecins, prix du gaz… Tout ce qui va changer pour vous à partir du 1er mai

Dimanche 30 avril 2017
  • Les tarifs des généralistes sont révisés à la hausse
  • Les prix du gaz baissent fortement
  • Et cerise sur le gâteau, vous aurez un nouveau chef de      l’Etat

Une consultation chez le généraliste plus cher

Deux euros de plus. La consultation chez le médecin généraliste passera de 23 à 25 euros dès lundi chez un médecin généraliste de secteur 1, c’est-à-dire chez 94 % d’entre eux. Selon l’Assurance-maladie (AM), cette revalorisation ne change pas les modalités entre la part prise en charge par elle (70 %, moins la participation forfaitaire de un euro) et par l’assurance complémentaire (30 %). Celles-ci continuent à s’appliquer, « impliquant que ces hausses seront à effet nul ou quasi nul sur les 95 % des assurés qui disposent d’une complémentaire santé », précise l’AM dans un communiqué.

En revanche, pour les 5 % qui n’ont pas de complémentaire, soit 3,3 millions de personnes selon les derniers chiffres, le reste à charge va passer à 7,5 euros contre 6,9 euros aujourd’hui, soit une hausse de 60 centimes d’euro par consultation. Par ailleurs, la consultation des enfants jusqu’à 6 ans augmente, elle aussi de deux euros, passant à 30 euros. Ces hausses ont été actées en août dernier après une négociation acharnée de cinq mois entre les médecins libéraux et l’AM. La prochaine interviendra le 1er juillet avec là aussi une revalorisation de deux euros pour la consultation chez un médecin spécialiste correspondant. A savoir quand un médecin traitant adresse un patient à un spécialiste pour des soins réguliers. Pour ce dernier, la consultation passera de 28 à 30 euros en juillet 2017.

Baisse des tarifs du gaz

Une bonne nouvelle pour les 5,8 millions de consommateurs en France qui bénéficient des tarifs réglementaires du gaz appliqués par Engie. Ils baisseront de 3,3 % en moyenne au 1er mai. Cette baisse (hors taxes) sera de 3,4 % pour les foyers se chauffant au gaz, de 1,2 % pour les foyers utilisant le gaz pour la cuisson, et de 2,1 % pour ceux qui en ont un double usage cuisson et eau chaude, selon la Commission de régulation de l’énergie. Les tarifs avaient déjà baissé en avril (-0,73 %) après une augmentation de 2,63 % en mars. Au total, depuis le 1er janvier 2014, les tarifs réglementés ont baissé en moyenne de 16,2 %. Depuis l’ouverture du marché de l’énergie à la concurrence, les 10,6 millions de consommateurs français abonnés au gaz ont le choix entre les tarifs réglementés de l’ancien monopole, et les prix de marché, proposés tant par Engie que par ses concurrents (EDF, Direct Energie, Eni, Lampiris…).

Un nouveau Président de la République

Le quinquennant de François Hollande s’achève le 7 mai et la France aura donc un nouveau chef de l’Etat. Cette dernière semaine avant le second tour est bien sûr à suivre en direct sur 20minutes.fr avec notamment les meetings à Paris lundi d’ Emmanuel Macron et de Marine Le Pen, et le débat entre les deux candidats mercredi soir. Nous vous proposerons toute la semaine des comparatifs entre les programmes des deuc finalistes comme ici sur la lutte contre le chômage ou encore là concernant la culture.

20 MINUTES – 30/04/2017

Enquête UFC-Que Choisir : les droit des passagers aériens toujours « largement bafoués »

Vendredi 28 avril 2017

L’UFC-Que Choisir rend publics les résultats d’une enquête sur les problèmes rencontrés par les passagers aériens pour faire valoir leurs droits. À la lumière « des chiffres accablants », l’association en appelle aux pouvoirs publics nationaux et européens.

Menée sur plus de 11 000 passagers issus de 8 pays différents (Australie, Belgique, Brésil, Danemark, Espagne, France, Italie et Portugal), et réalisée en partenariat avec 7 associations de consommateurs au niveau mondial, l’analyse démontre que 3 ans après la dernière enquête, les droits des consommateurs en cas de retards, annulations, surbooking, ou incidents bagages n’ont toujours pas décollé.

Sur les 20 000 expériences de vol analysées, un retard (défini dans le secteur des transports aériens comme une arrivée au moins 15 minutes après l’heure prévue) a été signalé dans 25 % des cas. Parmi les passagers concernés, 10 % ont en plus subi une perte financière liée à ce retard, par exemple parce qu’ils ont raté un train, une excursion ou un hébergement hôtelier payé au préalable. Dans plus de la moitié des cas, la somme perdue était supérieure à 100 euros. « En pareille situation, le passager peut invoquer la Convention de Montréal qui oblige la compagnie à l’indemniser de toutes les conséquences du retard. En cas de refus, il pourra engager une action en justice mais celle-ci peut être complexe et à l’issue bien incertaine ». 6 % des vols ont été retardés d’au moins deux heures. Selon la législation européenne du secteur, un tel retard donne droit à une assistance (nourriture et boisson). Seuls 46 % des passagers concernés ont pu en bénéficier. Au-delà de 3 heures de retard, les compagnies aériennes ont toujours majoritairement tendance à ignorer leurs obligations issues du règlement sur les droits des passagers dans l’UE : dans 75 % des cas les passagers n’ont pas été remboursés (contre 93 % en 2013). L’information sur les droits des passagers aériens est encore trop largement aux abonnés absents.

Des problèmes de bagages (retard, dommage ou perte) ont été signalés pour 10 % des vols (en prenant uniquement en compte les vols où les bagages sont enregistrés). S’il n’existe pas de législation mondiale commune qui obligerait les compagnies à rembourser les passagers quand ces incidents surviennent, la législation européenne les y contraint. Or, elle n’a pas été respectée dans 85 % des cas, les consommateurs indiquant qu’ils n’avaient pas été remboursés (84 % en 2013).

Si quelques progrès, bien maigres, sont à noter par rapport à notre enquête de 2013, force est de constater que les droits des passagers aériens sont encore trop largement bafoués, en totale illégalité par rapport à la législation européenne existante.

Face à ce constat, l’UFC-Que Choisir demande aux pouvoirs publics nationaux et européens de renforcer les contrôles sur l’application de la législation européenne et de sanctionner les compagnies défaillantes. Elle demande de relancer la révision du règlement européen bloqué depuis 3 ans au Conseil, qui doit permettre un renforcement des droits des passagers aériens (obligations d’information renforcées ; interdiction de la no show clause, droit à indemnisation unique quelle que soit la distance du vol).

LE QUOTIDIEN DU TOURISME – 28/04/2017

12345...99