Archive de la catégorie ‘La CFTC ailleurs’

Nouvelle convention médicale

Mardi 13 septembre 2016

La CFTC exprime sa déception vis-à-vis du texte voté

 

Officiellement approuvée par trois syndicats de médecins sur cinq, la nouvelle convention médicale entrera en vigueur en janvier 2017 pour une durée de cinq ans. Alors qu’une récente étude du Secours Populaire insiste sur les difficultés des plus modestes à accéder aux soins, la CFTC exprime sa déception vis-à-vis de accord. En effet, celui-ci en consacrant des sommes importantes sans réelles contreparties loupe une fois de plus le tournant réformateur de la médecine libérale.

Votée le 25 août dernier, la convention médicale établit le nouveau régime des médecins libéraux. Suite aux négociations conventionnelles, de nombreux points cruciaux ont été actés. Au total, le financement des nouvelles mesures adoptées reviendra à plus de 1,3 milliard d’euros chaque année.

La CFTC considère que les dispositions conventionnelles adoptées exigent des efforts financiers extrêmement importants alors que les mesures prises ne sont pas assez innovantes.

 

La réorganisation de la médecine de  ville et la lutte contre les dépassements d’honoraires sont les grandes oubliés de la réforme. Les questions de démographie médicale (déserts médicaux, pénurie de spécialistes) et d’ambulatoire (soins à domicile) sont traitées à la marge.

 

La CFTC reconnait quelques avancées comme des incitations à s’engager dans la prévention du cancer de la peau. En outre, par la création d’un « forfait structure », les médecins seront davantage encouragés à alimenter le dossier médical partagé (DMP).  La CFTC considère ce dernier  comme un enjeu clé pour les patients et les soignants au

service de la qualité et de la sécurité des soins.

Néanmoins  elle estime que ces dispositions restent modestes au regard des attentes des patients en matière de soins et de prévention.

La CFTC attendait des mesures plus concrètes compte tenu de l’explosion des maladies chroniques et du vieillissement de la population. Elle regrette que le texte adopté porte une dimension trop  « tarifaire » et ne prenne pas assez en compte le patient dans la cartographie sanitaire en devenir.

LNLM

LA CFTC FAIT SON TOUR DE FRANCE

Mardi 13 septembre 2016

La CFTC a choisi de mener sa campagne au niveau régional

Cet automne, se tiendra la deuxième édition des élections dans les Très Petites Entreprises (moins de 11 salariés). Entre 4 et 5 millions de salariés sont appelés à voter : un enjeu majeur en termes de mesure de la représentativité pour les OS et donc, pour la CFTC.

Son slogan de campagne, « Voyez grand, votez CFTC  », en guise de fer de lance, la Confédération Française des Travailleurs Chrétiens a choisi de mener sa campagne au niveau régional. En point d’orgue, 7 journées CFTC dans 7 villes de France.

LE VILLAGE CFTC

On connaît le rôle des syndicats dans les grandes négociations nationales. Leur action sur les lieux de travail… ou encore dans les mobilisations de rue. On connaît moins, en revanche, leur responsabilité en tant qu’acteurs majeurs du paritarisme. Retraite, logement, chômage, famille, question métier…

Au quotidien, grâce au travail de ses milliers d’administrateurs et de mandatés, la CFTC bâtit l’environnement social des Français.

Autour de ce rôle, tout aussi essentiel que méconnu, la CFTC a construit son Village : entre accueil du public par ses experts bénévoles et activités ludiques (dont un jeu vidéo sur le paritarisme spécialement développé par la Confédération), la CFTC joue à plein son rôle d’acteur du paritarisme, donne la preuve de la vivacité de son Mouvement… En même temps qu’elle fait campagne auprès des salariés des TPE : «Vous ne le saviez pas, mais les syndicats sont présents dans vos vies quotidiennes. Et voter CFTC, c’est faire le choix d’un syndicat de construction sociale, résolument tourné vers l’Humain dans toutes ses dimensions. »

ANIMATIONS  

  • Rencontre avec un Expert bénévole
    • 6 spécialistes du droit social répondent individuellement aux       passants :
      • LOGEMENT,
      • RETRAITE,
      • CHÔMAGE,
      • FAMILLE,
      • SANTÉ,
      • PRÉVOYANCE…
  • Jeu vidéo « Social Bloxx »,
  • Bar à jus »,
  • Photoshoot.

Les Villages se tiendront de 11h00 à 18h00

NANTES – 17 SEPTEMBRE – PLACE DE BRETAGNE

ARRAS – 24 SEPTEMBRE – PLACE DU MARECHAL FOCH

METZ – 01 OCTOBRE – PLACE CHARLES DE GAULLE

BORDEAUX – 08 OCTOBRE – EN ATTENTE

PARIS – 15 OCTOBRE – EN ATTENTE

LYON – 22 OCTOBRE – EN ATTENTE

NIMES – 29 OCTOBRE – ESPLANADE CHARLES DE GAULLE

LNLM

 

 

 

Intervention de Joseph THOUVENEL au nom de la CFTC dans le cadre de l’après-midi d’échange et de débat sur le « vivre ensemble » organisé le 7 janvier par la Confédération Européenne des Syndicats (CES) et les organisations syndicales françaises.

Vendredi 8 janvier 2016

La meilleure définition du vivre ensemble, c’est sans doute l’attention à l’autre, aux autres.

Le rassemblement d’aujourd’hui, organisé à l’occasion d’un triste anniversaire, un an après les tueries de Charlie Hebdo et de l’Hyper-Cacher n’est sans doute pas à la meilleure date si l’on cherche un repère de la montée en puissance du terrorisme haineux sur notre territoire.

Le bon repère devrait être le mois de mars.

Souvenez-vous ! Mars 2012, à Toulouse et Montauban, 3 serviteurs de l’État, 3 soldats Français sont lâchement assassinés, un quatrième blessé est aujourd’hui hémiplégique.

Mais surtout, devant l’école juive OZAR HATORAH de Toulouse, un rabbin de 30 ans est exécuté, ses deux fils de 3 et 6 ans abattus dans le caniveau.

Une enfant de 8 ans, Myriam, rattrapée dans la cour de l’école, saisie par les cheveux, une arme braquée contre la tempe, le pistolet s’enraye, le tueur en change et fait exploser le crâne de la petite fille.

C’est sans doute ce jour là que nous aurions dû nous lever en masse comme cela a été fait à juste titre plus tard après la tuerie de Charlie.

En mars 2012, nous avons simplement, collectivement, oublié le vivre ensemble, c’est-à-dire l’attention à l’autre.

Je n’ignore pas la force du symbole de la liberté de la presse, de la liberté d’expression qu’il est indispensable de défendre.

Mais la force symbolique de l’atteinte à l’innocence de l’enfance n’est-elle pas aussi forte ?

La force symbolique de la chasse et de l’assassinat de Juifs parce que Juif sur le territoire de la République n’est-elle pas aussi forte ?

Vivre ensemble, c’est, ce doit être une réalité ordinaire, élémentaire.

C’est vivre de façon normale, socialisé avec son environnement.

C’est l’intelligence du cœur dont Pascal pensait qu’elle était un complément essentiel à la raison.

La raison sans le cœur est bien souvent l’architecture monstrueuse d’une société déshumanisée.

Vivre ensemble, c’est être civilisé, c’est-à-dire accepter des règles de vie en commun au détriment de ses pulsions.

Cela permet un véritable exercice de la liberté qui ne va pas sans responsabilité.

Le vivre ensemble, cela s’apprend, se cultive.

Tout d’abord au sein de cette société où l’être humain est contraint de partager son existence avec des personnes qu’il n’a pas choisi : LA FAMILLE.

La famille, premier lieu du vivre ensemble, de l’éducation élémentaire, de l’éveil de la conscience.

Il y a ensuite l’école, puis la vie professionnelle qui est également un lieu de vivre ensemble.

Lieux dont sont privés plusieurs millions de personnes.

Le chômage fait partie des éléments du mal vivre ensemble.

La crise que nous subissons a aussi pour cause le manque de projet collectif.

Au-delà des mots et des postures, quel projet collectif porte le monde politique ?

Quel projet collectif portons-nous ?

Celui d’un consumérisme écrasant qui réduit les temps du lien social comme le dimanche ?

Qu’offrons-nous comme idéal ? Comme dépassement ? Comme transcendance ?

Pas grand-chose !

Alors ne nous étonnons pas que d’autres aillent les chercher ailleurs, jusqu’à succomber aux sirènes maléfiques de quelques marchands d’illusions mortifères.

On nous parle beaucoup, à juste titre, de liberté et d’égalité, mais que sont-elles sans la fraternité ?

La fraternité ne s’impose ni par la loi, ni moins encore par la force.

Pourtant, la fraternité est essentielle pour un vivre ensemble harmonieux.

Chacune de nos organisations a ses différences et ses spécificités, c’est bien normal. Un monde uniforme serait un monde bien triste.

La spécificité de la CFTC, vous le savez, c’est de s’inspirer des valeurs sociales chrétiennes. Cela prend tout son sens quand nous parlons d’un créateur unique que nous appelons le Père de la création.

Tous issus du même père, c’est-à-dire tous frères.

C’est notre conviction et c’est notre espérance dans la fraternité du vivre ensemble

Philippe Louis réélu à la tête de la CFTC avec une mission, préserver la représentativité

Lundi 23 novembre 2015

Réélu vendredi président de la CFTC à l’issue du congrès de Vichy, Philippe Louis, bientôt 60 ans, a un défi à relever: préserver l’an prochain la place de son syndicat parmi les organisations représentatives au niveau national.

Réélu vendredi président de la CFTC à l’issue du congrès de Vichy, Philippe Louis, bientôt 60 ans, a un défi à relever: préserver l’an prochain la place de son syndicat parmi les organisations représentatives au niveau national.

Le 52e congrès du syndicat chrétien s’est tenu dans un contexte lourd marqué par les attentats du 13 novembre. Le Premier ministre Manuel Valls, initialement annoncé vendredi, a renoncé à faire le déplacement.

Venue clôturer les travaux, la ministre du Travail, Myriam El Khomri, a assuré que l’état d’urgence instauré par le gouvernement ne visait «pas à restreindre les libertés syndicales». Elle a appelé les syndicats à oeuvrer pour «le vivre ensemble». De son côté, Philippe Louis avait jugé cet état d’urgence «plus que justifié».

L’ex-cheminot, qui dirige le syndicat chrétien depuis 2011, était seul candidat en lice. Il a été réélu président à la majorité moins quatre abstentions avec une double mission: préserver la représentativité du syndicat en 2017 et le féminiser.

En s’appuyant sur les résultats déjà obtenus, Philippe Louis s’est dit «optimiste» mais la centrale est sur le fil du rasoir. Lors d’un précédent cycle, elle était parvenue de justesse à rester parmi les cinq syndicats qui négocient au niveau national (avec 9,3% des voix, un brin au-dessus du minimum de 8% requis), en queue de peloton derrière la CGT, la CFDT, FO et la CFE-CGC.

L’objectif est de «poursuivre les efforts d’implantation» dans de nouvelles entreprises, a indiqué M. Louis.

Il reste beaucoup à faire puisque les forces de la CFTC sont concentrées à 80% dans quatre secteurs: commerce, métallurgie, enseignement privé, santé. La centrale est quasi absente de la fonction publique (3,3% des voix en 2014).

- ‘Parité, parité’ -

La féminisation des instances dirigeantes constitue un autre défi. Au sein de la nouvelle direction élue au congrès, les femmes sont rares: trois au bureau confédéral de 14 membres, dix au conseil confédéral de 50 membres. Pourtant la centrale revendique 40% de femmes parmi ses adhérents.

A l’annonce des résultats, quelque 200 déléguées ont quitté la salle en signe de protestation et se sont réunies dans le hall du Palais de congrès de Vichy aux cris de «parité, parité!». Elles ont ensuite entonné La Marseillaise en y ajoutant le terme parité.

Regagnant la salle, elles ont envahi l’estrade d’où Philippe Louis a eu du mal à les convaincre de descendre.

Le président élu a promis de faire en sorte que les femmes soient davantage représentées dans les instances. Il entend «encourager» les femmes à s’engager, sans «aucun frein».

Autre défi de la nouvelle direction: la relance de la syndicalisation. Les effectifs ont reculé depuis le congrès de Poitiers de 2011, se stabilisant autour de 135.000 adhérents.

A l’issue de son Congrès, la CFTC s’est dotée d’un «grand projet», celui de créer un «nouveau contrat social».

Il s’agit de «tirer les conséquences» pour le monde du travail des bouleversements liés au numérique. S’opposant au conservatisme Philippe Louis a prôné «la révolution», pas celle «du grand soir» mais la «révolution du passage du tout économique au tout humain».

La CFTC réclame ainsi une vision «ambitieuse» du Compte personnel d’activité (CPA), que le gouvernement veut mettre en place, afin que des droits (formation professionnelle, congés parental etc) soient attachés non pas au contrat de travail mais «à la personne» permettant ainsi «un parcours de vie» sécurisé.

Ces propositions «entrent en résonance avec les objectifs poursuivis par le gouvernement», a assuré la ministre du Travail.

Les délégués ont par ailleurs approuvé à 88% le rapport d’activité, bilan de la direction sortante qui a apposé sa signature au bas des principales réformes du quinquennat Hollande (pacte de responsabilité, réforme du marché du travail).

Bernard Sagez, ex-trésorier, 58 ans, a été élu au poste de secrétaire général, soit le numéro deux de la confédération. Isabelle Thérain, 57 ans, est la nouvelle trésorière.

PARIS CE WEEK-END

Lundi 16 novembre 2015

Bonjour,

Tous et toutes ensemble nous aurons une pensée pour tous ces disparus et surtout des prières pour ceux qui sont encore actuellement hospitalisés.

La C.F.T.C. remercie ceux qui ont respecté la minute de silence !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Merci

12345...7