L’Echo Touristique, le 14/02/2011 :  » Le milliard d’€ pour Go Voyages »

5 mars 2011

« La grenouille a passé le cap symbolique du milliard d’euros en 2010, dont « seulement » 100M€ via les agences de voyages.Malgré la crise du volcan, Go Voyages a vu ses ventes augmenter de 23% l’an passé (1er janvier au 31 décembre). L’entreprise poursuit un rythme soutenu de croissance depuis le rachat de la marque, en 1997, par Carlos da Silva, Nicolas Brumelot et leurs associés. Le spécialiste du vol sec pèse désormais autant que le groupe Nouvelles Frontières, alors qu’il affichait 19 millions d’euros en 1997/1998…

Le Net tire toujours la croissance. « L’activité en ligne en BtoC a augmenté de 25%, pour atteindre 910 millions d’euros », explique Carlos da Silva, son président. C’est l’ensemble du chiffre d’affaires provenant des sites du consolidateur, et des sites partenaires qui ont adopté sa marque blanche : Look Voyages, Promovols, BDV.fr, Promovacances, Lastminute… Pour leur part, les ventes provenant des agences de voyages traditionnelles se maintiennent, à 100 millions d’euros.

Pour l’exercice financier, clôturé le 31 mars prochain, Go dépassera de facto le milliard, comme escompté. « Nos profits devraient augmenter », ajoute Carlos da Silva. En 2009-2010, le bénéfice d’exploitation avant intérêt, impôts et amortissements (Ebitda) était ressorti à 24,4 millions d’euros (+30%). »

Réagir à cet article

-->

Le Quotidien du Tourisme, le 18/02/2011 : « La Tunisie est déjà en tête des ventes chez Go Voyages »

5 mars 2011

« Depuis lundi, la vente de séjours à destination de la Tunisie est redevenue la destination n°1 vendue par Go Voyages.

Djerba et Hammamet ont la faveur des voyageurs. Selon Go Voyages, « le phénomène s’explique notamment par de nombreuses opérations de promotions et des prix très attractifs, à partir de 300 euros la semaine ». Vraie surprise, « les dates de départ sont très proches entre J+3 et J+10″.

Les propositions de Carlson Wagonlit Travel France pour les NAO 2011

26 février 2011

Suite à la présentation des propositions faites par les organisations syndicales dans les Négociations Annuelles Obligatoires, les représentants de la Direction on fait leurs propres propositions :

1.  Augmentation Générale : 1,6 % applicable au 1er juillet 2011
2. Augmentations Individuelles (et/ou primes) : 0,9 % de la masse salariale sans date de versement aux heureux élus
3. Tickets Restaurant : augmentation de la valeur faciale de 20 cts (dont 10 cts à la charge du salarié)

En plus de ces propositions, la Direction accèpterait de travailler au référencement de l’entreprise à la Charte de l’Egalité Professionnelle – une adhésion demandée par la CFTC depuis 2007 !

Management : « Faites enfin confiance aux salariés »

26 février 2011

Lu pour vous dans le Nouvel Obs du 17 / 23 février 2011 : extraits !

« Sociologue des organisations, disciple de Michel Crozier, enseignant et consultant, François Dupuy publie un livre très critique sur les impasses de l’organisation du travail (« Lost in management. La vie quotidienne des entreprises du XXIème siècle », Seuil 2011).

Le Nouvel Obs : Pourquoi êtes-vous si sévère avec l’organisation du travail dans les entreprises ?
François Dupuy : Depuis 3 ans, j’ai visité une vingtaine de sociétés, interviewé 800 personnes. J’ai observé la même tendane : partout, les responsables imposent aux salariés des contrôles trop nmbreux, contradictoires, et donc inapplicables et inefficaces.
N.O. : Vous dites que parfois on frôle l’absurde.
F.D. : Je dénonce cette manie ravageuse des procédures, des « process » comme on dit dans le jargon, qui consiste à imposer à chacun, dans les plus petits détails, la manière dont il doit accomplir sa tâche. Par exemple dans les centres d’appels, les salariés ne peuvent même pas choisir les mots qu’ils emploient pour saluer leurs interlocuteurs… ( ). De même, les cadres croulent sous les demandes de « reporting », d’indicateurs de performance, d’évaluation. A la fin, le reporting devient une fin en soi. C’est un rituel. Les dirigeants se noient dans tous ces outils, ils n’ont plus le temps de penser stratégie… ( ).
N.O. : Mais ces dérives n’ont-elles pas toujours plus ou moins existé ?
F.D. : Non. Pendant les Trente Glorieuses, dans de nombreux secteurs industriels, beaucoup de grandes entreprises françaises étaient en situation de quasi-monopol, le client n’avait pas le choix. Il payait plus cher les produits et la pression sur le travail était bien moindre. La mondialisation et le durcissement de la concurrence ont tout changé. On a cherché à faire baisser les prix et à augmenter la qualité. Mais on est allé trop loin et on a abouti à l’effet inverse de celui qui était recherché. Trop enserrés dans les contraintes, certains salariés finissent par baisser les bras. Dans ce cas, le travail perd son sens. Et les salariés sont démotivés. Et c’est ainsi que l’on voit se développer des poches de sous-travail… ( ).
N.O. : Cette tendance à multiplier les outils de gestion ne nous vient-elle pas des pays anglo-saxons ?
F.D. : Oui, mais c’est aussi dans ces pays qu’on commence à s’interroger sur les excès auxquels ils ont mené.
N.O. : Comment sortir de cette impasse ?
F.D. : Revenir d’urgence à la confiance. D’ailleurs c’est un thème qui commence à émerger dans les entreprises… ( ). »

Commentaire CFTC de Carlson Wagonlit Travel France : On croirait cet article écrit en pensant à ce qui se passe chez CWT France depuis quelques années… ce que les élus CFTC au Comité d’Etablissement et au C.H.S.C.T. ne cessent de dénoncer. Et ce qu’ils auront encore l’opportunité de dénoncer au sein du Comité de Pilotage sur les Risques Psychosociaux qui se réunira très prochainement pour éxaminer les résultats de l’enquête effectuée en septembre/octobre dernier :

Le poids des process sur les salariés qui déhumanisent leur travail et gomment entièrement leurs compétences. Le poids des indicateurs qui captent la quasi totalité du temps des managers terrains.

TourMag, le 23/02/2011 : « Léa, l’heure du Bilan a sonné avec Big Boss… Et l’augmentation, c’est pour quand ? » ou la life de Léa, l’agent de voyages pas si blonde…

25 février 2011

Léa Agent de Voyages pas si Blonde« L’heure du bilan a sonné dans l’agence de Léa, ou plutôt l’heure du « point » sur l’année écoulée… Chiffres, organisation, responsabilité, prévisions, actions commerciales… tout est passé en revue. Et l’augmentation des salaires ?…

Fidèles lecteurs, vous savez que Big-Boss nous assène trois espèces de réunions annuelles. Histoire de « faire un point ». (Big-Boss adore faire des points : c’est de loin l’une de ses phrases préférées).

« Isa’, on peut faire un point sur les encours clients » (traduction : « y’a plus grand chose sur le compte, t’as pas de la thune à faire rentrer ? »

« Léa, on peut faire un point ce matin sur les dossiers qu’on a fait avec le TO X sur les 3 derniers mois ? » (traduction : « je déjeune avec le commercial, qu’est ce qu’on pourrait ramasser ? »)

Tous ces points en fait, c’est nous qui les faisons : on doit présenter un état exact de tout, justifier le pourquoi et le comment, et comme ça, Big-Boss est informé. Et il est content.

Mais en janvier, juin et septembre, c’est lui qui fait un point ! On s’assied tous en rond et on écoute Dieu-le-père « faire un point »

Y’en a pour une heure, mais c’est toujours intéressant de comprendre ce qu’il a retenu des derniers mois. La réunion de janvier (qui a eu lieu cette année le 17 février, c’est dire s’il a dû réfléchir) était présentée avec le titre « bilan 2010 et perspectives 2011 ».

Je vous la résume vite fait.

1 – les chiffres de 2010

Tout allait très bien jusqu’en mars (+17% de volume d’affaires à la fin du trimestre)

- et puis il y a eu l’Eyjafjallajokull (alors oui Big-Boss, figure-toi qu’on s‘en souvient…) : Beaucoup d’après-vente, des prises de commandes à zéro, la plupart des départs d’avril reportés, puis frilosité du marché pendant deux mois… à fin juin, on n’était plus qu’à +7%.
- un été bizarre : de bons chiffres en juillet, août en chute libre par rapport à l’an dernier.

- septembre très actif en VDM et puis un excellent automne.

- et un mois de décembre catastrophique. Bilan à fin décembre : VA à + 6% (pathétique alors qu’on est normalement à +20%).

En revanche, la marge brute a augmenté de plus d’un point en 2010 par rapport à 2009. Et ça, c’est une véritable source de satisfaction (tu m’étonnes…). On finit l’année à +11% en marge. Regardez avec attention les fiches de paie du mois de février… On a souvent une « prime exceptionnelle ».  

2 – l’organisation

Je vous le résume vite fait parce que vous allez dire que je me la pète… Big-Boss se « félicite de m’avoir proposé le poste de responsable des ventes » (fais-moi rire… je te rappelle que tu voulais que je m’occupe de ton site web sur le Maroc qui n’est toujours pas lancé…)

Là, il est parti sur un délire de nous dire qu’on était un peu tous ses enfants et qu’il nous aimait, que si « Isa’ était un peu une mère pour nous toutes, protectrice et bienveillante », il était « fier de Léa, qui sous ses airs un peu fous et vifs étaient une vraie fille ainée qui devait être considérée comme un modèle pour la fratrie des vendeurs »…

Waouh ! le grand n’importe quoi… D’abord, si c’est Big Boss notre père et Isa’ notre mère, je ne vous fais pas de dessin… alors qu’elle est dingue de lui, c’est pas très diplomate d’utiliser cette image…

Et puis moi, je ne suis la grande sœur de personne. Je suis la petite dernière folle et rigolote. Mouais… c’est vrai que parfois, j’ai l’impression de montrer à Max et Jeff comment ils doivent lacer leurs chaussures… alors vas-y pour la grande sœur modèle.

Je vous épargne le discours à propos de l’alien de Coralie… Big-Boss nous voit désormais toutes mères à court terme. Là, Sonia, Amandine et moi, on pouffait…  

3 – le partage des responsabilités

Là, en dix minutes, on a tous pris de la hauteur : Big-Boss a rappelé les responsabilités de chacun :

- grossièrement, j’insuffle « un vrai dynamisme orienté sur la performance », mais je fais aussi plein de choses : je répartis le travail, je forme, je soutiens l’équipe… (je ne m’étais même pas complètement rendue compte que je faisais tout ça…) et je suis la « garante du bon fonctionnement du comptoir » (rien que ça…)

- Isa’ sélectionne l’offre, contrôle la qualité et s’assure des bonnes relations avec les fournisseurs, (et fait les mots-fléchés de Voici, mais ça, il ne l’a pas mentionné…)

- et Big-Boss se débrouille pour nous ramener des clients…

- après, il a rappelé qu’on était « chacun responsable d’une ligne de produits » et qu’on devait quand même s’impliquer dans l’ensemble des activités de la société. 

4 – les prévisions pour 2011

Là, Big-Boss ne nous a pas fait le coup de la boule de cristal, du marc de café ou du tarot de Marseille, mais franchement, il a l’air d’avoir énormément réfléchi pour finir par avouer qu’on avançait droit dans le brouillard.

Il attend +15% de notre part. Ben voyons… Je me demande bien comment il est arrivé à ce résultat.

- On devrait faire la même marge sur les entreprises. OK, il a décidé d’augmenter les service fees de 25% en septembre/octobre…. Et a fixé les barèmes de frais de gestion au 1er janvier… Depuis, on gagne bien plus à chaque transaction… Certaines entreprises sont parties, mais déjà deux sont revenues… il faut dire que les secrétaires réclament Max.

C’est un amour ce garçon, et elles ne veulent pas parler à des machines basées à Belfort… Max, c’est la caution pour facturer nos frais d’intervention aux secrétaires frustrées…

- La première destination de l’agence, c’est le Maroc. Je vous fais un dessin ou vous avez compris que les clients amalgament la situation avec la Tunisie, l’Egypte et le reste ?

Du coup, il faut qu’on fasse le forcing sur l’Asie. La Thaïlande marche super bien (la fille de mon réceptif m’adore… la preuve : elle m’a invitée en vacances…), le Vietnam fait des étincelles et on a déjà plein de bookings pour Bali pour cet été…

- On a embauché le « schtroumpf » à lunettes pour sa capacité à « fédérer la clientèle qui cherche des circuits culturels ». Il est en train de créer un calendrier de voyages à événements. L’idée est de faire partir un petit groupe par mois à partir de juin… Objectif : 2 fois plus de chiffre d’affaires groupes. Dés la première année…

- Avec les filles, on doit jouer sur le différenciation : et que je te propose du 10 jours quand les TO ne jurent que par le 7 ou le 14 jours… et que je pousse le stop-over à Hong-Kong ou Bangkok pour les séjours plage Asie pour transformer l’emmerdement du changement d’appareil en avantage…

- Big-Boss veut « exploiter le CRM ». Cela fait 3 ans qu’on nourrit cette machine et que rien n’en sort. Big-Boss veut faire du « mailing ciblé ». Voilà autre chose !

Bon. Ce qu’on sait c’est qu’on ne sait rien !  

5 – les actions commerciales 2011

Big-Boss va « personnellement piloter » la communication envers les clients. Chaque client qui a dépensé plus de 10 000 € l’an dernier doit être rappelé par la fille qui a vendu le dernier voyage.

Ça n’a l’air de rien mais le listing est épais… on doit minauder « quels sont vos projets de voyages cette année ? » pour rappeler notre existence, envoyer des propositions d’itinéraires originaux « en mettant en valeur des hébergements haut-de-gamme » et comme il n’y a pas de raison que ma grand-mère soit la seule à employer des petites phrases toutes faites, Big-Boss a déclaré le plus sérieusement du monde que « les petits ruisseaux font de grandes rivières »… et voilà !

Du coup, à partir de mars, on va envoyer à notre fichier clients des propositions indécentes genre « week-end à Prague », « escapade à Fès », « l’Andalousie au volant », « safaris au Kenya et séjour hors du temps à Lamu » et « douceur écolo-chic à Bali et Lombok ».

Ces trucs là vont être adressés en mars à tous les clients qui se sont inscrits entre février et avril 2010. Début avril, on envoie 5 autres propositions aux clients qui se sont inscrits entre mai et juillet… On n’arrêtera jamais.

Après ces bien jolies nouvelles (qui nous ont laissé un peu perplexes), Big-Boss nous a invité à dîner chez un thaï délicieux…

A minuit, on a embrassé Coralie comme si on ne la reverrait plus jamais… Elle était en congés maternité depuis 3 semaines, elle était venue pour la réunion et on n’avait qu’une trouille : qu’elle perde les eaux au resto’.

A la réflexion, et au risque de paraître vénale, je note que Big-Boss n’a pas parlé d’augmentation de salaire… Je pense qu’il va falloir que je repasse ma tête de fouine dans son bureau « On peut discuter un moment s’t’eup’ ? »

1...439440441442443...459